Plus de 200 articles et 3 services professionnels
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Dépasser la dépendance affective

Coraline Hubermont



 

La dépendance, au sens large, est nécessaire et tout être humain a été dépendant, ne fut-ce que pendant son enfance vis-à-vis de ses parents. La dépendance affective devient problématique lorsqu’elle envahit le fonctionnement quotidien de l’individu d’une part, lorsqu’elle rend difficile voire impossible toute relation affective stable et réciproque d’autre part.

 

Qu’est-ce que la dépendance affective ?

La dépendance affective correspond à la tendance à n’exister qu’au travers de la relation à l’autre où qu’au travers de l’autre. Cette tendance est unilatérale.

Sur base de quels critères parle-t-on de dépendance affective ?

Elle se détermine en fonction de la répétition de l’acte, du manque, de l’envahissement de la vie sociale et à la contrainte que cet envahissement engendre sur le corps et sur l’esprit de l’individu. La personne dépendante affectivement présente des comportements autodestructeurs ainsi qu’une difficulté à amorcer et maintenir des relations affectives saines. De la même manière, elle est dans l’incapacité de mettre fin à cette relation destructrice.

Y a-t-il un profil type des dépendants affectifs ?

 

Les individus ayant grandi dans un environnement marqué par le manque de communication, d’affection, par la violence, l’alcoolisme, l’abus ou la négligence auront davantage tendance à devenir dépendants affectifs. De même, les enfants ayant évolué dans un environnement où il n’avait pas sa place, où il se sentait de trop ou une famille faisant l’impasse sur les besoins et sentiments et privilégiant les performances sont des individus qui pourront également développer une dépendance affective. Ils peuvent en effet développer, en réaction à cet environnement, un sentiment de honte et une faible estime de soi, engendrant des relations malsaines avec eux-mêmes d’une part, les autres d’autre part. Cependant rien n’est déterminé. Des personnes ayant eu une enfance difficile peuvent très bien ne pas devenir dépendants affectifs. A contrario, des individus ayant connu une enfance agréable et confortable peuvent devenir dépendants affectifs.

Concrètement, les individus dépendants affectifs se nient pour donner toute l’importance à l’autre, allant jusqu’à accepter des choses qui ne leur plaisent pas. Cette négation de soi fait souffrir de par l’ignorance de ses propres besoins. De par ces comportements ils évitent le rejet, situation fréquemment vécue lors de leur enfance.

Quelles sont les différents types de dépendance affective ?

La dépendance affective peut se décliner sous plusieurs formes : la dépendance à la relation passionnelle, la drague compulsive, la fixation compulsive vis-à-vis d’un partenaire inaccessible et la dépendance à l’autre. Elles correspondent toutes à une dépendance à l’amour. Quelle que soit la dépendance affective, ce ne sont généralement pas les relations sexuelles qui sont recherchées en priorité. Ou alors seulement parce que le sujet croit y trouver une forme d’attachement affectif.

 

  • La dépendance à la relation passionnelle correspond à l’attachement à la première phase de la relation, généralement appelée « lune de miel » où la passion et les sentiments sont très intenses. L’important n’est pas la personne avec qui l’on a cette relation fusionnelle mais bien la relation fusionnelle en elle-même. L’ « autre » est donc interchangeable.
     
  • C’est le nombre de partenaires qui est important dans la dépendance qu’est la drague compulsive, nous pourrons ici reconnaître les « Don Juan » qui collectionnent les conquêtes. Toutes les stratégies de séduction sont mises en œuvre dans une sorte de jeu de chasse pour capturer l’autre vu comme une proie.
     
  • La fixation compulsive vis-à-vis d’un partenaire inaccessible correspond à l’érotomanie. Elle se définit plus précisément par l’illusion délirante d’être aimé. L’ « autre » occupe généralement une place particulière dans la société : c’est un médecin, un avocat, une star, un professeur. Il n’y a pas de véritable réciprocité.
     
  • Le partenaire, dans la dépendance à l’autre, n’est pas interchangeable contrairement à la dépendance à la relation fusionnelle. C’est l’autre qui permet à l’individu d’exister, d’être.

 

Comme toute dépendance, la dépendance affective se soigne. Le traitement indiqué peut comprendre d’une part un versant psychothérapeutique et/ou d’autre part un versant médicamenteux.
 

Si vous vous reconnaissez dans bon nombre des comportements suivants, vous avez peut-être un problème de dépendance affective.
 

  • Je rencontre constamment des difficultés dans mes relations avec les autres?
     
  • Je ressens en moi le mal de vivre?
     
  • J'ai de la difficulté à reconnaître et à exprimer mes besoins.
     
  • Je sens le besoin de me faire aimer à tout prix?
     
  • Je ressens souvent de la honte, j'ai l'impression de ne pas être correct.
     
  • Je recherche des émotions fortes pour avoir l'impression de vivre.
     
  • Face aux difficultés, j'ai tendance à fuir.
     
  • J'ai de la difficulté à me sentir à l'aise même avec des proches.
     
  • J'évite les affrontements et les conflits.
     
  • Je me sens isolé et j'ai peur des gens, particulièrement des figures d'autorité.
     
  • Je ne supporte pas l'échec, car quand j'échoue, je crois que je ne vaux rien.
     
  • Je me sens coupable lorsque je prends ma place et que je me défends.
     
  • J'ai l'impression que j'ai perdu la capacité de ressentir ou d'exprimer mes émotions.
     
  • Je suis mon critique le plus sévère.
     
  • Je ne m'aime pas, j'ai une piètre image de moi.
     
  • Je ne fais pas confiance à mes émotions.
     
  • J'ai de la difficulté à dire "non" sans me sentir coupable.
     
  • Je vais au-delà de mes capacités pour mériter l'amour des autres.
     
  • Je crains le rejet et je me crée des façades pour avoir l'impression d'être plus acceptable aux autres.
     
  • Je cherche ma valeur dans les autres.
     
  • Je suis souvent contrôlant ou manipulateur.
     
  • J'éprouve souvent de la jalousie et je nourris des soupçons de façon maladive.
     
  • Je me sens victime, ayant besoin d'être pris en charge par d'autres.
     
  • Je suis souvent obsédé ou compulsif.
     
  • Je me sens responsable des autres, mais moi je m'oublie.
     
  • J'ai de la difficulté à m'engager et je suis souvent irresponsable.
     
  • Je crains les gens en colère et je redoute les critiques personnelles.
     
  • J'ai l'impression d'avoir peu de contrôle sur ma vie.
     
  • Je ne sais pas comment être responsable de moi.

 



Bibliographie:

-Langis, P. (2009). Amour, couple et intimité. In La sexualité humaine, chapitre 12, 302-304. -Palazzolo, J. (2007). L'érotomanie, l'illusion délirante d'être aimé(e). Cerveau et psycho, 21. -Petit Larousse de la sexualité (2007). Dépendance affective, 231. -Petit Larousse de la sexualité (2007). Addiction sexuelle, 9-12. -Dépendants affectifs anonymes Québec (2011). La dépendance affective. En ligne http://www.daa-quebec.org/page.php?code=defdepaff , consulté le 28 août 2012. -Poudat, F.-X. (2007). Les troubles des conduites sexuelles. La dépendance affective et les addictions sexuelles. In La sexualité humaine, 276-287.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande