Infertilité : quelles conséquences sur la sexualité ?

Infertilité : quelles conséquences sur la sexualité ?

Infertilité et dysfonctions sexuelles

Pour 2,8 % des couples infertiles, la cause est une dysfonction sexuelle comme l’absence d’éjaculation intra-vaginale ou l’absence de rapport sexuel. Mais le plus souvent, la causalité est inversée. C’est l’infertilité qui est susceptible de causer des dysfonctions sexuelles : dyspareunie, vaginisme, diminution ou inhibition du désir, troubles de l’érection et de l’éjaculation.

Ces problème sexuels concernent 10 à 60% des patients concernés par l’infertilité. En effet, les traitements de l’infertilité ont un effet non négligeable sur la fréquence des rapports sexuels mais également sur leur qualité. Les rapports sexuels sont moins fréquents, avec moins de préliminaires et se déroulent le plus souvent en période ovulatoire. Certaines personnes vont jusqu’à calculer l’espacement de leurs rapports pour optimiser la qualité du sperme de l’homme. D’autres privilégient certaines positions durant le report dans l’espoir d’obtenir une grossesse. Quant à la qualité des rapports, elle est effectivement lésée. 

Le rapport sexuel « à tout prix »

Les femmes, plus que les hommes, déclarent ressentir de moins en moins l’envie d’avoir des relations sexuelles. Les traitements ont effectivement un impact sur le désir : 40% des patients déclarent avoir un désir sexuel plus élevé et davantage de rapports sexuels en dehors des périodes de traitement. Malgré la diminution de leur désir, les femmes cherchent paradoxalement à avoir de plus en plus de rapports sexuels pour augmenter la probabilité d’une grossesse. Elles sont donc nombreuses à avouer rechercher davantage la grossesse que le plaisir sexuel. La sexualité n'est donc plus une fin en soi mais un moyen de procréation. La « rapport à tout prix » ne laisse donc plus place à la spontanéité.

Conséquences psychologiques ?

Les difficultés psychologiques liées à l’infertilité diffèrent selon le sexe. L’infertilité a une influence sur l’estime de soi des hommes. Ces derniers peuvent se sentir incapables de réaliser le désir de maternité de leur partenaire. De nombreux sentiments sont susceptibles d’entrer en jeu : culpabilité, honte, gêne… Les hommes parlent d’ailleurs moins que leurs femmes de leurs problèmes d’infertilité en consultation. Leurs déclarations en consultation sont associés à une perte d’identité sexuelle masculine et une certaine dévalorisation de soi. Malgré tout, les hommes paraissent moins affectés par l’infertilité que leurs partenaires. En effet, les femmes vivent plus difficilement la situation que leur compagnon. Plusieurs études nous montrent qu’elles se culpabilisent davantage et expriment divers sentiments tels que la tristesse, la déception, la frustration, l’injustice ou encore la colère. Les femmes sont également davantage demandeuses de soutien psychologique que leurs partenaires. 

Consultez un professionnel

Il est important de prévenir les problèmes sexuels liés à l’infertilité. Psychologues et sexologues sont utiles pour vous aider dans vos difficultés sexuelles. N’hésitez-donc pas à consulter.



Bibliographie:

Boukhelf Melissa





Consulter les articles dans la même thématique


Voir les articles similaires