Les bienfaits de la masturbation

Les bienfaits de la masturbation

La masturbation est une pratique sexuelle consistant à rechercher un plaisir par la stimulation des zones érogènes et/ou des parties génitales. Elle s'effectue en solitaire. Elle peut être manuelle ou pratiquée à l'aide d'objets.
On parle aussi parfois de masturbation pour qualifier des caresses sexuelles réciproques en couple, mais ce n'est pas du sujet dont nous traiterons ici.

La masturbation est plus pratiquée par les hommes que par les femmes. En effet, selon plusieurs études, la masturbation est plus présente chez les hommes (de 73% à 95%) que chez les femmes (de 37% à 42%), et plus particulièrement chez les 25-34 ans, ayant un plus haut niveau d’éducation et appartenant à une classe sociale plus élevée (Gerressu et al., 2008; Sheldon, 2010).

Autrefois fortement réprimée en Occident, elle est encore aujourd'hui source de culpabilité et de honte. Or elle se retrouve dans presque toutes les cultures. Elle présente un intérêt pour la santé mentale et physique.

C’est un moyen accessible, rapide, facile, gratuit pour accéder à un éventuel orgasme. Selon certaines études, elle a aussi un impact sur la santé sexuelle. La pratique de la masturbation est susceptible de diminuer certaines dysfonctions telles que les troubles du désir et l'anorgasmie ainsi que les risques d’éjaculation prématurée, le stress et les tensions. Elle améliore aussi l’image de soi et la connaissance de son propre corps, menant dès lors à une plus grande satisfaction sexuelle.

Concrètement:

  • La masturbation est une pratique normale, saine et répandue.
     
  • Elle présente des bénéfices pour la santé et la connaissance de soi.
     
  • Comme toute pratique, en abuser peut avoir un effet néfaste susceptible de mener à de la dépendance. Il existe des addictions souvent liées à la pornographie.


Bibliographie:

Gerressu, M., Mercer, C., Graham, C., Wellings, K., & Johnson, A. (2008). Who Reports Masturbation? British National Probability Data on Prevalence and Associated Factors. Sheldon, J. (2010. Masturbation : breaking the silence. International perspective on sexual and reproductive health, Vol. 36(3). Kaestle, C. & Allen, K. (2010). The Role of Masturbation in Healthy Sexual Development: Perceptions of Young Adults. Arch Sex Behav





Consulter les articles dans la même thématique


Voir les articles similaires