La sodomie : comment y prendre plaisir ?

Rédacteur Masantesexuelle

La sodomie : comment y prendre plaisir ?

La sodomie : une pratique répandue

Dans les conversations, la sodomie suscite souvent la plaisanterie, le malaise voire même le dégoût. Il s’agit d’un sujet qui reste tabou. Et pourtant, dans les faits, la sodomie est une pratique plutôt répandue. En effet, 37% des femmes et 45% des hommes déclarent en avoir déjà fait l’expérience (étude réalisée par l’Inserm, 2006). Malgré tout, la sodomie reste une pratique occasionnelle. Seuls 18% des hommes affirment la pratiquer régulièrement, contre 12% des femmes. Il s’agit donc d’une pratique sexuelle qui reste en dehors de la sexualité ordinaire des couples.

Pour cause ? Elle demande un minimum de préparation.

La sodomie, ça ne s’improvise pas la crainte de la sodomie est surtout liée à la peur d’avoir mal ou de blesser son ou sa partenaire. En effet, lors de l’excitation, la zone anale ne produit pas de lubrification naturelle. Si la pénétration se fait donc trop rapidement ou sans lubrifiant, le risque est de vous blesser ou de blesser votre partenaire. C’est pourquoi il est vivement conseillé d’utiliser un lubrifiant à base d’eau. Une autre astuce est de dilater la zone au préalable avec le doigt ou avec un peu de salive. Mais avant tout, il est nécessaire de communiquer vos appréhensions à votre partenaire. De cette manière, vous décidez ensemble de la façon de rendre l’expérience agréable. Fixer les règles du jeu est nécessaire avant d’entamer une nouvelle expérience sexuelle. La sodomie est un jeu.

Même si la sodomie ne s’improvise pas, elle mérite d’être appréhendée comme un jeu sexuel entre les partenaires. La plupart du temps, c’est par curiosité que l’on tente cette expérience. En effet, l’avantage d’un tabou est qu’il induit la curiosité et le plaisir de la transgression !

L’excitation est alors à son comble lorsqu’il s’agit de découvrir un nouveau jeu sexuel. Alors… profitez-en ! Il s’agit d’explorer l’inconnu avec votre compagnon, sans vous mettre la pression. Bref, de lâcher prise et de profiter pleinement du jeu. Le plaisir, ça se passe dans la tête. Un homme qui pénètre la zone anale de son ou de sa partenaire ressentira généralement un certain plaisir. Plus serré et plus petit que la zone vaginale, l’anus offre une sensation accentuée pour le pénis de l’homme. L’anus, quant à lui, ne possède pas de récepteurs sensitifs comparables à ceux du clitoris ou du gland. Physiologiquement, ce n’est donc pas une zone dédiée aux plaisirs érogènes. C’est pourquoi, la plupart du temps, on se contente des sensations du partenaire qui pénètre. Mais plutôt que de patienter pendant que votre partenaire prend son pied, pourquoi ne pas vous donner vous aussi les moyens de ressentir du plaisir ? Si vous le désirez, l’anus peut devenir une zone de plaisir. En effet, les sensations ne sont pas uniquement induites par les récepteurs sensitifs. Elles peuvent tout aussi bien être provoquées en stimulant érotiquement la zone et en l’investissant.

Comment ? Avec le toucher mais aussi… avec la tête ! Associer mentalement cette zone à une expérience positive vous permet d’en retirer une certaine jouissance. Et oui, il existe bien des femmes qui atteignent l’orgasme en se caressant les seins et des hommes qui jouissent par la stimulation des lobes des oreilles… De plus, les organes génitaux n’étant pas très éloignés de la zone anale, ils peuvent être stimulés lors du mouvement de la pénétration. De cette manière, le cerveau ne tarde pas à retenir la sensation agréable de cette expérience et à la reproduire. Prendre du plaisir ne se fait donc pas seulement avec son corps mais aussi avec sa tête !

Concrètement :

La sodomie n’est pas obligatoire. Elle est d’ailleurs occasionnelle dans la plupart des couples.

Comme toute pratique sexuelle, la sodomie nécessite le consentement de chaque partenaire. Pour y prendre plaisir, il est nécessaire de réaliser cette expérience selon le rythme des deux partenaires et le respect de leurs sensations. La pénétration anale nécessite un certain lâcher-prise dans son corps mais aussi dans sa tête.

Si vous souhaitez plus d'informations sur ce sujet, n’hésitez pas à prendre un rendezvous ou à poser une question à l’un de nos sexologues.



Bibliographie:

http://stop-violences-femmes.gouv.fr/IMG/pdf/Enquete_CSF_-_1er_resultats.pdf

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande