Plus de 200 articles et 3 services professionnels
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


3 conseils pour franchir le cap de la sodomie

Stéphanie Hannier



Pourquoi certaines femmes sont demandeuses alors que d’autres s’enfuient à la seule prononciation du mot sodomie? La chronique sexo de Stéphanie Hannier.

Si pour la plupart des hommes la pratique de la sodomie est excitante, il n’en va pas de même pour la majorité des femmes. Pourquoi ? Côté masculin, les témoignages sont nombreux : « c’est très excitant », « cela change des rapports habituels », « c’est une autre manière de le/la dominer », etc. Bien souvent, on constate également un certain désinvestissement de la sodomie quand elle a été réalisée quelques fois avec le/la partenaire. Une des raisons explicatives tient certainement du fait qu’il s’agit d’une pratique différente, plus coquine. Lorsqu’elle est accomplie, elle perd une part de ce côté « osé », ce qui la rend dès lors moins attirante. Côté féminin par contre, différents profils sont constatés. Les études montrent qu’ une minorité la pratique occasionnellement, une majorité ne s’y adonne jamais. Pourquoi ? Certaines ont tout simplement peur d’avoir trop mal ou d’abîmer leur corps, d’autres la considèrent comme une soumission quasi pornographique de « ce genre de femmes qu’elles ne sont pas et ne veulent pas devenir ». Tous les goûts et dégoûts sont dans la nature.

Que peut-on conseiller aux femmes qui veulent essayer ?

- Se respecter. Il ne s’agit pas de se forcer à réaliser cette pratique quand on n’en a aucune envie. Le partenaire est important. Le bon partenaire est celui qui peut attendre le moment opportun, prendre son temps et ne pas « forcer les choses », dans tous les sens du terme. L’idéal est de procéder par étapes, même si la pénétration complète ne se réalise qu’au bout de plusieurs séances. Si l’idée de la pénétration est trop angoissante, il est conseillé d’utiliser un doigt ou un gode prévu à cet effet (love shop). Un lavage anal est recommandé pour ne pas avoir de mauvaises surprises, même s’il est bon de garder à l’esprit que Mère Nature ne peut pas toujours être contrôlée.

- Etre excité. L’excitation joue donc un rôle majeur. Plus le corps est détendu, plus il est ouvert et propice à l’accueil du pénis dans cette zone. Une grande excitation et un laisser-aller sont indispensables. Un conseil : pratiquer la masturbation du clitoris en même temps que la pénétration anale permet de maintenir voire d’augmenter l’excitation sexuelle. Quant à la position idéale, certaines femmes préfèrent le missionnaire, d’autres la lèvrette, autant donc tester les deux.

- Lubrifier la zone. La sodomie n’est pas « naturellement » excitante, le corps n’est pas naturellement fait pour ça. Il est donc vivement conseillé d’utiliser un lubrifiant à base d’eau pour faciliter la pénétration. En effet, cette zone ne lubrifie pas d’elle-même.

* Stéphanie Hannier est sexologue clinicienne et hypnothérapeute, elle travaille au centre paramédical Médéo de Huy et collabore au site masantesexuelle.com




Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande