Le virus Ebola : sexuellement transmissible?

Le virus Ebola : sexuellement transmissible?

L'épidémie d'Ebola, qui a tué plus de 11.000 personnes à ce jour, est l'épidémie la plus dévastatrice du virus dans l'histoire, tuant aujourd'hui plus de personnes qu'auparavant. Récemment, le monde a salué l'actualité où les trois pays africains au centre de l'épidémie - la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia - avaient passé une semaine entière sans enregistrer un seul cas nouvellement diagnostiqués d'Ebola. Cependant, une nouvelle étude a confirmé que le virus Ebola reste dormant dans les personnes ne présentant plus des symptômes de la maladie. Plus précisément, le virus persiste dans le sperme des hommes survivants beaucoup plus longues que prévu.

La nouvelle étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, a découvert que les deux tiers des hommes étudiés avaient des souches détectables du virus dans leur semences jusqu'à un an et demi après avoir été initialement infecté; certains même sont restés infectieux jusqu'à neuf mois après avoir contracté la maladie. En analysant les codes génétiques virales dans le sperme des mâles survivants, les chercheurs ont montré que beaucoup d'entre eux ont été testés positifs pour le virus Ebola, en dépit d'être asymptomatique - ne présentant aucun symptôme de la maladie.

Cela signifie en fait que le virus Ebola, pendant un certain temps, même après la disparition des symptômes, est une maladie sexuellement transmissible. Avec un grand nombre de survivants au virus Ebola en Afrique de l'Ouest, cette nouvelle information obligera sera sans aucun doute les hommes victimes de ce virus à porter des préservatifs pour une période de temps prolongée, peut-être indéfiniment.

Bien que le cas d'un homme qui a transmis le virus Ebola à son partenaire sexuel alors qu'il était asymptomatique a été déjà rapporté plus tôt cette année, cette nouvelle étude confirme définitivement que le virus peut être transmis sexuellement, même après que la personne à apparemment guéri de la maladie.

L'OMS a recommandé à maintes reprises la vigilance et la prudence constante, déterminé à mettre fin à toute nouvelle apparition de la maladie et cette nouvelle information aura sans aucun doute l'effet de renforcer leur détermination.

La recherche laisse encore quelques doutes, cependant. L'OMS note que la transmission sexuelle du virus est possible, mais rare. Margaret Chan, la directrice générale de l'OMS, a déclaré qu'elle ne pouvait pas être sûre que les tests positifs pour le virus dans le sperme serait effectivement encore contagieux.

"Le degré d'incertitude est préoccupant, voilà pourquoi nous avons besoin de prendre des mesures de précaution, nous vous conseillons donc aux survivants de prendre des protection grâce à la contraception," dit-elle à la BBC.





Consulter les articles dans la même thématique


Voir les articles similaires