Les positions sexuelles du Kâma-Sûtra

Vanessa BERTHO

Les positions sexuelles du Kâma-Sûtra

Le Kâma-Sûtra est essentiellement connu comme une énumération de positions sexuelles. C'est en fait un manuel fondateur de l’Hindouisme, il se compose en sept livres, écrits au IV ème siècle. Il présente trois aspects de la vie à développer le « dharma » la vertu, « l'artha » le bien être matériel et le « Kâma » (le désir, le plaisir). La traduction littérale de Kâma-Sûtra peut être « l'aphorisme du désir ». La traduction de ce texte est délicate et les positions peuvent prendre ici ou là des dénominations différentes, parfois reprenant les termes plus familiers de la pornographique qui a l'avantage d'être plus explicite.
 
Il est difficile de faire une liste exhaustive de toutes les positions sexuelles existantes dans le monde. Une jambe un peu plus en l'air, une étreinte plus appuyée, un bras enlaçant l'une ou l'autre des parties du corps de son partenaire, ces petits détails sont des différences subtiles. Aussi, il existe une infinité de positions sexuelles.
 
Les positions sexuelles du Kâma-Sûtra font couler beaucoup d'encre. Certains élisen les positions les plus farfelues, d'autres les positions les plus dangereuses pour l'homme (il existe une étude réalisée par des chercheurs brésiliens, dont la recherche est de mettre en rapport des cas de fracture du pénis avec la position sexuelle adoptée par les hommes qui en ont été victimes), les positions favorisant la conception, les positions décuplant le plaisir ...
 
Les positions sexuelles du Kâma-Sûtra, en sus de pimenter l'intimité d'un couple, peuvent résoudre des difficultés d'incompatibilité dans un couple, ou faciliter une amélioration d'un fonctionnement ou d'un dysfonctionnement sexuel. Certaines positions sont plus favorables pour un élan sexuel, une fougueuse étreinte. D'autres sont propice à la tendresse, à un élan affectif, favorisant les caresses de tout le corps.
 
S'il a un petit pénis, le couple peut choisir une position qui permet un resserrement du vagin. Au contraire s'il a un pénis XXL, le couple peut choisir une position où la femme va contrôler la profondeur de la pénétration. S'il a prit un peu de poids, le couple choisira une position de dos ou bien où monsieur est en dessous. S'il éjacule un peu vite, le couple peut choisir une position favorisant un temps de pénétration plus long. Si le couple recherche à cultiver les sentiments amoureux ou la fusion de deux partenaires, le couple peut choisir une position propice à une relation tendre. Madame est enceinte, le couple peut choisir une position qui ne comprime pas le ventre. Envie d'essayer le slow sex, le couple peut choisir une position où le mouvement de va et vient est ample.
 
L’imagination humaine en matière de sexualité ne connaît probablement pas de limite, il serait alors prétentieux de faire une liste exhaustive des autres positions. Toutefois, certaines d’entre elles, par leur récurrence, sont entrées dans le vocabulaire de la sexualité, telles que : Le missionnaire, la levrette, le 69 ...
 
Un début de nomenclature peut cependant être élaboré en catégorisant les positions sexuelles dans des grandes familles. Les positions sexuelles du Kâma-Sûtra peuvent être réalisées par des couples hétérosexuels et des couples homosexuels, c'est la raison pour laquelle ce texte utilise les termes Yang et Yin. Le partenaire yang est le partenaire pénétrant avec son pénis, doigt(s) ou sextoys. Le partenaire yin est le partenaire qui est pénétré soit vaginalement ou analement.
 
 
Les grandes familles de positions sexuelles sont au nombre de cinq :
 
  • Les positions de face-à-face avec des déclinaisons debouts, allongés ou assis/agenouillés.
  • Les positions de dos (pénétration vaginale ou anale) avec des déclinaisons debouts, allongés ou assis/agenouillés.
  • Les positions masturbatoires.
  • Les positions de sexe oral.
  • Les positions de groupes.
  • Les positions de face-à-face avec des déclinaisons debouts, allongés ou assis/agenouillés.
 
 
Les parties génitales de chacun des partenaires entrent en contact, se frottent. De très nombreuses positions sont possibles que ce soit entre des partenaires de même sexe ou de sexes différents.
 
 
Dans les positions facilitant la prolongation de la pénétration, le partenaire Yang est la plupart du temps allongé sur le dos, et le partenaire Yin le chevauche, face à lui, allongé, accroupi ou agenouillé.
 
Les partenaires peuvent être debouts, ce qui permet notamment d’avoir un rapport sexuel dans un lieu exigu (ascenseur, cabine d'essayage …) tout en restant habillés. De face, les amants peuvent s’appuyer sur un meuble ou contre une paroi.
 
Si l'un des partenaires a une condition physique suffisante, il peut également porter l'autre. C’est une posture de la passion, des amants qui n’ont pas envie de prendre le temps de s’allonger pour s’unir. Elle est cependant vite fatigante. A noter que le partenaire yang doit être stable au risque de voir la rencontre se terminer en chute !
 
La position la plus connue est celle du missionnaire, elle est sans doute l'une des positions la plus utilisées en Occident. Cette position du missionnaire a de très nombreuses variantes : le partenaire Yin peut disposer ses jambes de différentes manières : jambes écartées et tendues, jambes écartées pliées, jambes autour de la taille du partenaire Yang, ou encore (avec suffisamment de souplesse) mettre une ou deux jambes sur les épaules du partenaire Yang. Cette position serait une des plus propices à la stimulation du Point G.
 
 
Les femmes homosexuelles peuvent aussi pratiquer la position du missionnaire : l'une des deux partenaires est allongée sur le dos, et l'autre se place entre ses deux cuisses en mettant au niveau de la vulve de la première sa vulve, ou son ventre, remuant en frottant pour stimuler la vulve et le clitoris. Elle peut également la pénétrer avec ses doigts ou un sextoy.
 
Entre deux hommes, cela se pratique différemment : l'un des deux partenaires est sur le dos, et l'autre lui soulève les cuisses. Le partenaire qui est au-dessus s'insère entre les jambes du second et introduit son pénis dans l'anus, soulevant les jambes plus haut pour une pénétration plus profonde.
 
 
Les positions de dos (pénétration vaginale ou anale) avec des déclinaisons debouts, allongés ou assis/agenouillés.
 
Ce sont les positions où le partenaire Yin (pénétré homme ou femme) présente son dos au partenaire Yang (pénétrant homme ou femme), soit pour effectuer une pénétration vaginale, soit une pénétration anale avec le pénis, les doigts, ou un sextoy.
 
Debout, si l'un d'entre eux est de dos, il suffit au partenaire Yin (homme ou femme) de se pencher en avant et au partenaire Yang (homme ou femme avec ou sans accessoire) de le pénétrer. Cette position peut se révéler très agréable ou au contraire très inconfortable en fonction des tailles réciproques des deux partenaires.
 
La pénétration anale peut aussi être réalisée par la femme au moyen d'un godemichet, éventuellement maintenu à l'aide d'un harnais. Il existe tout un éventail de positions permettant la sodomie (variantes en position assise, agenouillé, debout, en suspension, etc.). Citons par exemple la locomotive, où un amant s'assoit sur son partenaire allongé ou assis, en lui tournant le dos. Celui qui pénètre peut embrasser l'autre dans le cou et le masturber.
 
Hétéros, gays, lesbiennes, peuvent aussi pratiquer la pénétration anale de son/sa partenaire avec des objets ou simplement les doigts.
 
La position la plus courante est la position de la levrette où le partenaire Yin est à « quatre pattes » et le partenaire Yang à genoux derrière. Selon le plaisir et le désir des partenaires, les jambes du partenaire Yin peuvent être plus ou moins écartées et son dos plus ou moins relevé. Le mouvement peut être effectué par les deux partenaires. Le partenaire Yin peut aussi être couché de tout son long, le partenaire Yang est alors couché par dessus et doit s’appuyer sur ses bras. Lorsque les partenaires sont couchés côte à côte, ils sont dans la position dite des cuillères.
 
Les femmes homosexuelles pratiquent la levrette féminine : l'une des deux partenaires est à quatre pattes et l'autre la pénètre avec les doigts, la main ou encore un objet. Il s'agit d'une pénétration qui offre à la partenaire pénétrée une forte stimulation du point G. Quant à la position des cuillères, elle se pratique avec les deux femmes à genoux, l'une derrière l'autre. Celle de devant peut ainsi guider les mains de sa partenaire, vers son sexe, ses seins ou toute autre zone érogène.
 
 
Les Positions de sexe oral.
 
Lors de relations orales, les organes génitaux de l'un des partenaires sont stimulés par la bouche, les lèvres, et la langue de l'autre. Les pratiques orales peuvent être pratiqués de manière alternée, ou de manière simultanée. La position la plus connue est celle dite du 69.
 
Il existe une position acrobatique de cette fameuse position si l'un des deux membre du couple sait faire le poirier : celle de l'arbre défendu,. Ce partenaire est appuyé (e) sur les mains et la tête, les jambes sont en l'air. L'autre s'agenouille face et son visage à bonne hauteur de son sexe. Celui ou celle qui est agenouillé peut avec ses mains ou en enlaçant le corps de l'autre l'aider à maintenir son équilibre.
 
Les tensions musculaires que cette position acrobatique entraine augmentent notablement l'excitation et la jouissance obtenues.
 
En ce qui concerne les pratiques orales réalisées de manière unilatérale, l'imaginaire de chacun peut être sollicité pour imaginer les positions possibles pour le cunnilingus (excitation de la vulve et du clitoris par voie orale) ; l'anulingus (excitation de l'anus et du périnée) ; la fellation (excitation du pénis et des testicules).
 
 
Les Positions de groupe
 
Plus de deux personnes peuvent avoir des relations sexuelles simultanément. C’est ce que l’on appelle « sexualité de groupe », familièrement nommé « partouze ». D’autres positions sont alors possibles.
 
Deux hommes et une femme peuvent faire l’amour  : un homme et une femme ayant une relation vaginale ou anale, le troisième pénétrant l’un ou l’autre analement. La femme peut également faire une fellation à un de ses partenaires et avoir une relation vaginale ou anale avec l'autre.
 
Deux femmes et un homme peuvent faire l’amour : un homme et une femme ayant une relation vaginale tout en léchant et suçant la vulve et l’anus de la deuxième femme.
 
Une troisième personne peut lécher et sucer les sexes d’un couple homme/femme lorsqu’ils font l’amour.
 
Un groupe d’hommes, de femmes : ou les deux, peuvent se coucher sur le côté, en cercle, pour faire chacun une fellation ou un cunnilingus au suivant.
 
 
Enfin, ils peuvent aussi se pénétrer analement en ligne, le premier pénétrant le deuxième pénétrant le troisième, etc. Cette position de groupe est communément appelée « brochette » ou « queue leu leu ». Inconvénient : le premier et le dernier de la ligne peuvent se sentir lésés. Pour compenser cela, le second de la file peut masturber le premier, tandis que le pénultième place un ou plusieurs doigts dans l’anus du dernier. Si les participants sont assez nombreux, ils peuvent tenter de refermer le cercle.
 
Gang Bang  : un homme ou une femme a des rapports sexuels avec un grand nombre d’hommes. Le cas d’un homme qui a des rapports sexuels avec un grand groupe de femmes est appelé gang bang inversé.
 
Bukkake : un groupe d’hommes éjaculent tour à tour sur une personne (homme ou femme).
 
Des hommes peuvent former un cercle pour masturber chacun son voisin. Ils peuvent également tenir chacun d’une main le pénis du précédent, et mettre un doigt dans l’anus du suivant.
 
 
Les Positions Mastubatoires
 
La masturbation est l’action d’exciter le sexe ou l’anus d’un(e) partenaire ou de soi-même généralement à l’aide d’une main. Elle peut donc se pratiquer en solo ou à plusieurs. Elle peut aussi se faire en frottant toute autre partie du corps contre le sexe (les seins contre le pénis ou le vagin par exemple ou la masturbation avec les pieds ….).
 
Une des positions les plus connues est la bien nommée branlette espagnole : le pénis est placé entre les seins d’une femme. L’un des deux partenaires fait alors pression dessus pour que la verge soit comprimée entre les seins. Si l'homme est dos à sa partenaire (ce qui revient à s'accroupir au niveau de son cou ou de son visage), avec son pénis « pointant » vers la partie inférieure du corps de sa partenaire, on parle de cravate de notaire ;
 
 
Pour un couple hétérosexuel ou homosexuel, il existe le coït intercrucal: le pénis est enserré par les cuisses de l’autre partenaire, et frotte éventuellement la vulve, le scrotum, ou le périnée.
 
 
Chaque couple peut nommer sa ou ses positions préférées, inspirées ou non du Kâma-Sûtra. Chaque couple peut tenter d'imaginer ou de rédiger son Kâma-Sûtra personnel où les deux partenaires apprécient particulièrement les sensations, le contact visuel, le contact charnel. Chaque couple peut adapter ou accomoder des positions acrobatiques du Kâma-Sûtra avec l'aide d'un accessoire, d'une chaise, d'un ou plusieurs oreillers ... De même, le mouvement du bassin peut être initié par l'un ou l'autre des partenaires ou les deux simultanément. Le couple peut également s'autoriser à ne pas reproduire avec exactitude une position et se laisser la liberté de bouger un bras, un coude, une jambe, un pied, lorsqu'il y a une douleur, ou un inconfort. 



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande