3 services professionnels et plus de 200 articles
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Il veut tout le temps faire l'amour mais moi pas

Catherine Solano



« Encore » pense Anne. Son ami a, en effet, encore envie de faire l’amour alors qu’ils l’ont déjà fait hier. Anne ne ressent aucun désir ou peut-être juste celui de dormir. Dans un couple, il est impossible d’être toujours sur la même longueur d’onde, y compris dans le domaine de la sexualité. Les difficultés pour différence de libido sont donc très courantes, faciles à gérer quand elles sont ponctuelles mais parfois source de conflits si elles durent.

 

Plusieurs types de couples confrontés à ce souci :

            - Le couple équilibré : Chacun estime son envie « normale », mais elle est en décalage avec le désir de l’autre. Et ce décalage les gêne. Elle a besoin de trois jours sans faire l’amour pour que son désir se manifeste et lui voudrait une relation tous les deux jours au moins. Si elle dit oui systématiquement, son désir s’éteint. S’ils espacent leurs rapports sexuels, il se sent frustré. La solution est que chacun des amants accepte un peu d’insatisfaction pour laisser de la place au désir de l’autre.

            - La femme bloquée : La femme n’éprouve que peu de désir. Et si son conjoint la sollicite, elle se bloque. Elle a le sentiment d’être agressée et ne peut pas se forcer à faire l’amour sous peine de se sentir très mal. Un homme ne doit alors jamais insister, sous peine de la bloquer davantage. Elle a besoin de faire un travail sur elle, de consulter un psy.

            -  La femme au désir hypoactif : Son désir est faible, mais si son amant vient vers elle, elle accepte pour lui faire plaisir. Lorsqu’elle a fait l’amour, elle est heureuse et contente. Ce couple ne cherche pas assez à nourrir son désir à elle. Il s’est étiolé, mais avec un peu d’attention, il peut se réveiller.

            - L’homme qui vit une addiction sexuelle : Elle estime avoir normalement envie de faire l’amour, mais lui a envie 24 heures sur 24. Elle se sent débordée par ses demandes incessantes. Il considère plus l’amour comme un médicament anxiolytique que comme un échange avec l’autre. Il a certainement de profondes angoisses et besoin d’une psychothérapie.

 

Quelles sont les cause d’une baisse de désir féminin ?

L'intensité ou la faiblesse du désir dépend d’abord de la santé de chaque femme. Une dépression peut l’annihiler totalement, tout comme une fatigue importante ou des traitements de type antidépresseurs, ou neuroleptiques. Le climat hormonal joue lui aussi un rôle vital, si bien qu’après l’accouchement, pendant le début de l’allaitement, la libido est naturellement à zéro, et cela pendant quelques mois. Certains traitements hormonaux présentent aussi cet effet antidésir. C’est le cas des médicaments « antiacné » ou « antipilosité » tels que Diane 35®  ou Androcur® contenant de l'acétate de cyprotérone. Et puis, les soucis gynécologiques à l’origine de douleurs, comme les mycoses à répétition, finissent par entraîner une appréhension à l’idée de faire l’amour, appréhension qui empêche le désir de se manifester.

Le conjoint peut jouer un rôle dans l’essoufflement du désir de sa partenaire. En cas de ressentiment important, une femme ne peut plus éprouver aucun désir, car l’émotion négative qu’elle ressent pour son partenaire l’empêche de le désirer.

 

Que faire pour aller l’un vers l’autre ?

Du côté de l’homme, il doit travailler à se faire désirer. Le désir féminin étant moins pulsionnel que le désir masculin, il a besoin de déclencheur extérieur. Alors, notre homme peut se regarder dans un miroir. Où est passé le jeune homme séduisant qui la faisait rêver, qui lui écrivait des poèmes ? Il a pris 15 kilos, déambule en jogging, se lave quand il y pense. Et puis, il ne lui dit plus jamais de mots doux, ce qui nourrissait pourtant son désir à elle. Il est peut-être temps de se prendre en main.

Du côté de la femme. Pour une vie de couple épanouie, elle peut décider d’accorder du temps à la sexualité. Et attention à ne pas idéaliser la sexualité. En se fixant une obligation du magique septième ciel, elle peut passer à côté de bons moments complices qui ne transportent peut-être pas aussi haut, mais cimentent tout aussi efficacement le couple.

  

Exemple 1 :

Ghislain : « J’ai tout le temps envie de faire l’amour et elle 2 ou 3 fois par semaine. J’avais tendance à la harceler. Un jour, elle m’a dit : « C’est fatigant de faire l’amour ». Comme je ne comprenais pas, elle m’a expliqué « Oui, il faut absolument avoir un orgasme à chaque fois, et moi, je dois me concentrer, c’est fatigant… » J’ai réalisé que je me faisais un devoir de lui donner un orgasme à chaque fois. Elle n’en demandait pas tant. Depuis, je suis moins centré sur son orgasme à elle et ça se passe mieux, plus souvent. Parfois très rapidement sans qu’elle jouisse, et parfois, on prend tout notre temps et elle va jusqu’au bout du plaisir. »

 

Exemple 2 :

Odette : Depuis 10 ans, et sous la pression de son ami, elle fait l’amour tous les matins et tous les soirs. « Je n’en peux plus, c’est trop » explique Odette à son médecin. Sur son conseil, elle demande à son ami de choisir chacun son tour une semaine où il décidera de la fréquence des rapports sexuels. La première semaine, c’est Emmanuel qui décide, et comme d’habitude, matin et soir, ils font l’amour. La semaine suivante, lundi, mardi, mercredi, rien ne se passe. Jeudi soir Odette s’en veut : « Il faut que je sois sympa… Mais non pense-t-elle, je n’ai pas vraiment envie. » Et le vendredi, elle ressent du désir. Ils font l’amour et Emmanuel en a les larmes aux yeux ! « Cela fait longtemps que ça n’a pas été aussi bien. Je sentais que tu éprouvais vraiment un désir très fort… »

 

 Si vous souhaitez en connaître davantage sur ce sujet, n'hésitez pas à poser une question ou prendre contact avec un de nos sexologues via le site www.masantesexuelle.com

 



Bibliographie:

Catherine Solano A lire : (1) « Un désir si fragile » de Ghislaine Paris aux Éditions Leduc.S « Le traité du désir » du Dr Gérard Leleu " Les trois cerveaux sexuels, entre pulsions, émotions et réflexions, comment vivre sa sexualité" de Catherine Solano, éditions Robert Laffont.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande