3 services professionnels et plus de 200 articles
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Sexualité : faut-il tout lui dire ?

Catherine Solano



La communication est un des secrets des couples qui durent. Mais, faut-il vraiment tout se dire, surtout en ce qui concerne la vie sexuelle ? Pas si sûr…

Catherine Solano 

 

Il y a ce que l’on peut dire :

Exprimer ce que vous pensez est indispensable pour être dans un échange vrai avec l’autre. Expliquez-lui ce que vous voulez vraiment, ce que vous aimez dans l’amour : les gestes, les paroles, les préliminaires, la fréquence de vos relations, ce qui vous donne envie… Dîtes-lui aussi surtout ce que vous aimez chez lui : quelles caresses vous transportent, tout ce qui, dans sa manière de faire l’amour vous comble. Non seulement vous pouvez le dire, mais vous devez le dire, pour nourrir positivement votre sexualité. Et puis, dans un autre registre, il est essentiel de savoir dire ce dont vous ne voulez pas, ce qui vous rebute. C’est une condition pour que votre relation soit vraie et profonde. Et il est beaucoup plus facile d’exprimer des réticences quand on sait aussi faire des compliments à l’autre.

Caroline l’a expérimenté : « Au début de notre vie de couple, j’étais très coincée. Je n’osais pas le complimenter sur la manière dont il me caressait alors que j’adorais cela. C’est venu petit à petit, et cela nous a épanoui, jusqu’à ce que j’ose aussi dire ce que je n’aimais pas. J’avais peur qu’il puisse se sentir repoussé, mais non, il l’a plutôt pris comme une grande confiance pour lui. »

Et il y a ce qu’il vaut mieux taire… comme les détails de votre passé sexuel.

Lucie a expliqué à Antoine qu’elle avait eu énormément d’amants et beaucoup expérimenté avant de le rencontrer. « Cela m’a énormément soulagée de lui dire honnêtement qui j’étais vraiment ». Mais Antoine a très mal accepté ce passé et a commencé à avoir des pannes répétées par peur de ne pas se sentir à la hauteur. Il a fini par rompre, car chaque relation sexuelle devenait pour lui une épreuve. Alors, ne cherchez pas à vous soulager, demandez-vous plutôt si l’autre est prêt à recevoir sereinement vos confidences.

Idem pour vos fantasmes. Ils paraissent amusants, excitants ? Les partager peut apporter de la complicité à votre couple… ou au contraire, choquer votre partenaire ! Alors, avant de tout déballer, tâtez le terrain. L’adultère consommé, l’aventure d’un soir, quant à elle, mérite le plus souvent d’être tue. À quoi bon risquer de blesser l’autre, de casser votre couple pour un geste que vous regrettez déjà peut-être ?

Et puis, il est un domaine dans lequel il vaut mieux ne pas tout dire. C’est celui de la critique sur sa manière de faire l’amour. S’il est un amant moyennement doué, rien ne sert de le lui exprimer directement. Vous lui ôteriez toute confiance en lui et en feriez un amant pire encore. L’idéal est de l’encourager dans ce qu’il fait de mieux. Car si vous l’avez choisi lui, c’est bien qu’il a des qualités…

 

Comment les femmes parlent-elles de leurs fantasmes ?

Qui ose parler de ses fantasmes ? 21 % des femmes affirment parler très souvent de leurs fantasmes à leur partenaire habituel, et 27 % pas du tout.

Disent-elles vraiment tout ? 18 % des femmes parlent de tous leurs fantasmes à leur partenaire et 56 % de quelques-uns seulement.

(D’après un sondage Internet auprès de 78 673 femmes réalisé sur aufeminin.com)

 

Parler de sexualité avec réticence, pudeur, naturel, ou exhibitionnisme ?

D’après la global sex survey de Durex (2005), les Français font partie des européens, les plus à l’aise avec leur sexualité. Ils sont 53 % à affirmer qu’ils parlent ouvertement de leur sexualité pour 29 % des Portugais, 36 % des Espagnols, 37 % des Italiens. L’Europe du Nord est tout de même plus bavarde sur le sujet avec 39 % des Danois, 44 % des Belges , 45 % des Allemands, et 52 % des Anglais qui parlent sexe ouvertement. Mais l’Islande et la Slovaquie nous dépassent avec 62 % d’habitants interrogés parlant ouvertement de sexualité. Il reste que la majorité des Européens préfère garder une certaine pudeur de son intimité. Après tout, c’est peut-être normal !



Bibliographie:

Catherine Solano

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande