3 services professionnels et plus de 200 articles
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


L'angoisse de performance : mauvaise pour le sexe ?

Jacques Splaingaire



Le stress et l’angoisse de la performance

Je dois être « BON » ! - J’ai peur de ne pas y arriver – Ca va encore foirer - On va se moquer de moi. - Qu’est-ce qu’elle/il  va penser ? - Qu’est-ce qu’il/elle  va penser de moi si je ne fais pas ceci ou cela – Dès que je mets le préservatif « c’est fini »…

La sexualité s’intègre dans notre culture, et le moins que l’on puisse dire est que la culture occidentale actuelle est une culture de performance.

La sexualité n’y échappe pas.  « Il faut être au top » !

N’est-ce pas un leurre … ?

La « libération sexuelle » des années 60 et 70, et l’accès à une sexualité plus libre des femmes, notamment grâce à l’apparition de la pilule contraceptive, a modifié considérablement l’approche de la sexualité dans notre société, et là où elle n’était qu’une composante « allant de soi »  des relations de couple, elle est devenu un « droit au plaisir » … qui s’est assorti d’un « devoir d’en donner ».  

Et si l’âge des premières relations sexuelles est resté stable (+- 17ans1/2 ) au cours des 20 dernières années, la multiplication des partenaires chez les jeunes a par contre fortement progressé. 

On est passé d’une sexualité  structurée sur les codes moraux  « permis/interdit » à une sexualité  basée sur les pôles de performance  « possible/impossible »

Durant les 80’s, les enfants des 60’s sont devenus parents et ont laissé leurs enfants bien plus libres à l'égard de la sexualité. Les relations sexuelles avant le mariage sont devenues la norme et l’idée d’arriver vierge au mariage est devenue presque ridicule chez beaucoup.

Du côté du cinéma, de la télévision et de la publicité, les scènes sexuelles se sont banalisées… mais elles sont rarement  banales ! Elles sont même le plus souvent apparemment ... idéales !!

La révolution internet a encore accentué, et surtout accéléré le processus, en permettant à tout un chacun – y compris les adolescents – d’accéder à des informations jusque-là inaccessibles … mais aussi à des informations erronées. Et la prolifération des sites pornographiques est venue renforcer encore  l’image fausse de « ce qu’il faut faire pour être sexuellement performant » !

On en arrive à une sorte d’intégrisme radical de la performance sexuelle…

Performance...

Le mot est lâché …

Il faut être  per-for-mant ! Au bureau et au lit !

Il est évident que l’angoisse de ne pas l’être est un terrible corollaire …

Soyons clair : un(e) bon amant(e) est un(e) partenaire qui convient ! Ceci ne signifie pas qu’il faille se contenter que les choses  se fassent toutes seules, mais bien qu’il convient juste d’avoir les compétences érotiques et sensuelles adaptées à son/sa partenaire.

Or chaque personne est différente et chaque circonstance peut l’être également.

Cependant, ces notions mêmes de droit au plaisir et de devoir d’en donner se fondent aujourd’hui trop souvent sur des standards de fiction. Et un nombre non négligeable d’hommes et de femmes qui consultent ne viennent pas se plaindre d’un trouble mais bien du fait de ne pas satisfaire leur partenaire "comme il faudrait". Et cela en termes de performances. « Je ne suis pas capable de satisfaire ma compagne » ou « Je ne suis pas capable de donner satisfaction à mon compagnon » et la demande est « Comment est-ce que je peux y remédier ?»

Les films et la publicité mettent en images des femmes somptueuses, épilées, au ventre plat et aux seins hauts, se livrant aux pratiques les plus fantaisistes, ayant des orgasmes bruyants à répétition. Les hommes, quant à eux, sont musclés, dotés d’un sexe impressionnant  en érection durant toute la durée du film, et procurant à leurs partenaires un plaisir volcanique.

La compétition semble rude !

« Ligne » physique , taille du sexe, endurance, pratiques, positions acrobatiques …

Il faut bien comprendre que les films,  pornographiques ou non, sont des fictions, qu’ils font l’objet d’un montage et que les personnages sont des acteurs ! De la même manière qu’Indiana Jones se fraie un chemin au milieu de périls insensés et que Spiderman grimpe le long des façades … les acteurs pornos interprètent des personnages dont les performances sont à la sexualité ce que « Les aventuriers de l’arche perdue »  est à l’archéologie !

Cependant, même lorsque l’on est plus ou moins conscients du fait, il est bien difficile pour le jeune homme de ne pas se comparer ou s’identifier à ce qu’il a vu. Et la jeune femme se demandera si elle est bien « normale ».  Il vont ainsi  être stressés par l’image d’amant que leur partenaire se fera  d’eux … et parfois ce qu’ils iront en dire à leurs  ami(e)s, la multiplication des partenaires allant de pair avec une discrétion de moins en moins étanche … Il vont souvent se focaliser davantage sur ce qu’ils croient devoir faire ou devoir être, plutôt que de s’abandonner simplement au plaisir du moment. Et ceci d’autant plus que le fantasme coïtal reste, selon Claude Crépaut, lié à l’affirmation de la puissance phallique

Le moindre grain de sable dans la mécanique va faire exploser cet état de stress, au point d’amener des dysfonctionnements, notamment au niveau de l’érection et de l’éjaculation. Soit une incapacité à atteindre une érection satisfaisante, soit la perte de celle-ci en cours de rapport, soit une incapacité à éjaculer, soit une précocité importante de celle-ci. Pour peu que la chose se produise, ne fut-ce qu’une fois, le stress s’installe et avant même d’avoir une relation sexuelle, la peur que les choses ne se passent pas « comme il faut » vient tétaniser l’homme, parfois au point de fuir les relations sexuelles - pourtant possibles - tant il en a peur. Et parfois même au point d'être incapable de tenter de séduire une personne, ou de répondre à ses avances.

Du côté des femmes, l’aspect  physique joue également un rôle important, de même que l’acceptation de pratiques qu’elle n’apprécie pas, mais auxquelles elle se livrera peut-être pour correspondre à ce qu’elle croit être le standard de performance. De même, nombre de  femmes « courent » vainement, et de façon obsessionnelle,  après l’orgasme vaginal ou le phénomène « fontaine » comme après l’inaccessible Graal. Obsession  qui l’empêchera parfois, ou souvent, d’accéder au plaisir, et risque de provoquer un désintérêt pour le sexe … ou pour son partenaire. Ceci d’autant plus facilement que la nature n’a pas été équitable en la matière : si un homme à l’érection défaillante devra renoncer au rapport complet, une femme pourra parfois se contenter d’une lubrification minimale… toutefois inconfortable ou douloureuse.

 

QUE FAIRE ?

Les problèmes ou difficultés et dysfonction d’érection et d’éjaculation pour causes psychologiques se traitent fort bien, et consulter un sexologue apportera le plus souvent des pistes efficaces en sexothérapie et, pourquoi, pas une aide pharmacologique conjointe.

 Du côté des femmes, le stress de performance s’accompagne fréquemment d’un rejet, ou une diminution du désir, du sexe, ce qui se soigne  également en thérapie.  L’acceptation de soi, de son physique et de ses désirs et limites, se traite fort bien en thérapie.

En tout état de cause, la pire des choses à faire est de nier le problème ou de s’y résigner.

Si vous souhaitez en connaître davantage sur ce sujet, n'hésitez pas à prendre contact ou poser une question à un de nos sexologues.

Jacques Splaingaire
 



Bibliographie:

VINCENT L. (2005) Petits arrangements avec l’amour. Odile Jacob : Paris WEINBERG A. (2011) La libération sexuelle et ses lendemains. In Sciences Humaines CREPAUT C. (2007) Les Fantasmes, l’Erotisme et la Sexualité. Odile Jacob : Paris

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande