L'identité masculine face au manque de désir sexuel

Jessica Mazzarini

L'identité masculine face au manque de désir sexuel

Nous sommes conscients que le contexte socioculturel influence considérablement la perception que l’homme a de lui-même tant dans sa sexualité que dans ses relations. 

La question du désir sexuel, de l’évolution des rapports sexuels et relationnels entre hommes et femmes aujourd’hui pose la question de la place de l’individu au sein de la société. Ehrenberg (1998. Cité par Dubar, 2007, p. 164) parle à ce propos « d’individu incertain », « de pression normative du culte de la performance ». Il argumente « l’hypothèse d’un lien étroit entre ces manifestations douloureuses et le changement de modèle culturel auquel sont confrontés les femmes et les hommes d’aujourd’hui ».

« La virilité traditionnelle - croyance dans la supériorité d’un principe masculin, machiste, sur le féminin - n’est plus une valeur partagée » (Dubar, 2007, p. 69). En effet, comme l’explique Dubar, les femmes rechercheraient désormais « des partenaires égalitaires et non dominateurs ». Celui-ci parlera non pas de crise de l’identité masculine, mais bien de « crise des identités sexuées ». Or, il semble certain que les rapports sociaux entre les sexes sont difficilement dissociables de ces transformations dans les relations entre hommes et femmes.

L’émancipation féminine, le tournant des années 60-70, remet en question l’identité féminine et influe donc également sur l’identité masculine. «Les femmes majoritairement ne se définissent plus seulement comme épouses ou mères (...), elles ont aussi une identité professionnelle qui influe sur la construction de leur identité personnelle » (Dubar, 2007, pp. 65-66).

La problématique du désir sexuel hypoactif (manque de désir sexuel) peut affecter tant les femmes que les hommes. Cependant, nous constatons une prédominance du phénomène côté féminin dans la littérature. Cette différence quantitative serait-elle due à différents stéréotypes liés à l’identité masculine ? Badinter (1992, pp. 271-272) parle de « l’homme en mutation », elle explique qu’« aujourd’hui les jeunes hommes ne se retrouvent ni dans la virilité caricaturale du passé, ni dans le rejet de toute masculinité (...) Coincés entre un discours moderniste et une pratique qui ne l’est pas, ils se sentent déphasés à l’égard des femmes (...) ». Elle poursuit : «il faut être ignorant des problèmes identitaires pour croire qu’une même génération d’hommes, élevée dans l’ancien modèle, réussirait d’un seul coup le triple saut périlleux : la remise en question d’une virilité ancestrale, l’acceptation d’une féminité redoutée et l’invention d’une autre masculinité compatible avec elle ». Cette remise en question de l’identité masculine et féminine pourrait-elle dès lors être l’une des causes du désir sexuel hypoactif (manque de désir sexuel) masculin ?

De plus, il semblerait que la notion de plaisir soit prônée par la société tant dans la consommation que dans la vie de couple et ainsi dans la sexualité, elle ferait partie intégrante du bonheur. On peut dès lors se poser cette question : l’homme présentant un manque de désir peut-il se sentir heureux ? Il en va de même pour la notion de performance. En effet, que ce soit dans le travail ou dans l’acte sexuel, l’homme doit rester au “top niveau”. La normalité aujourd’hui semble être une sexualité obligatoire, active, performante et majoritairement avec une seule partenaire à la fois. Qu’en est-il du bien-être de ceux se heurtant à cette normativité?

Il semblerait également que l’existence d’une plus grande accessibilité à l’information relative à la sexualité, au sein de notre société plus permissive, joue un rôle primordial dès le plus jeune âge dans la vision que nous aurons du monde qui nous entoure ainsi que dans nos futurs rapports affectifs et sexuels. Nos représentations concernant la sexualité féminine et masculine sont souvent bien ancrées et normées selon le contexte socioculturel dans lequel nous nous trouvons. Ces représentations s’imposent comme une normalité alors qu’elles ne sont que des représentations de la réalité parmi d’autres pouvant influer, entre autres, sur le désir sexuel.

En effet, “Situées à l’interface du psychologique et du sociologique, les représentations sociales sont enracinées au cœur du dispositif social. C’est à elles que nous faisons le plus facilement et le plus spontanément appel pour nous repérer dans notre environnement physique et humain” (Mannoni, 2006. Cité par Hubin, 2010, p.5). Ainsi, des stéréotypes du style : “l’homme a toujours envie de faire l’amour” pourraient être une explication du fait d’études moins nombreuses sur le désir sexuel hypoactif masculin. Ceci expliquerait peut-être que ce phénomène soit resté “caché” plus longtemps du côté masculin.

En conclusion:

Au vu de ces normes actuelles, il est essentiel d’avoir cette question à l’esprit : le désir sexuel hypoactif (manque de désir sexuel) ne serait-il pas la conséquence d’une contrainte socioculturelle contemporaine ?



Bibliographie:

Badinter, E. (1992). XY. De l’identité masculine. France : Odile Jacob. Bajos, N., Bozon, B., Beltzer, N. et l’équipe CSF. (2008) Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé. Paris : La Découverte. Dubar, C. (2007). La crise des identités. L’interprétation d’une mutation. 3e édition.Paris : Presses Universitaires de France. Kaufmann, J.C. (2010) L’invention de soi. Une théorie de l’identité. France : Armand Colin. Mazzarini, J. (2012) Le désir sexuel hypoactif masculin.Enquête statistique de type exploratoire . Mémoire de master non publié, Université Catholique de Louvain. Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Louvain-la-Neuve.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande