La sodomie sans tabou

Stéphanie Hannier

La sodomie sans tabou

Il y a des zones du corps qui, à la base, n'ont pas été destinées à l'érotisme sexuel, mais à d’autres fonctions importantes vitale : la bouche, la peau, les seins, la nuque, etc. Mais ces zones peuvent être source de plaisir sexuel, de façon spontanée mais aussi provoquée; c’est le cas de l’érotisme anal et urétral.
 
Plaisir de l'urètre et du méat
 
Le méat urinaire est l'orifice par lequel l'urètre s'abouche dans la vulve pour évacuer l'urine stockée dans la vessie. Il se présente comme une petite saillie perforée d'un fin pertuis.
 
Comment le stimuler ? Soit par la femme elle-même en frottant l'ensemble de sa vulve avec le plat ou le tranchant d'une main (c'est alors un tout qu'elle excite d'un geste global), soit elle excite électivement ce bouton percé de son orifice avec la pulpe d'un doigt en exécutant de petits cercles, soit elle le taquine avec de petits objets ou des vibros de petit calibre. De son côté, l'homme peut utiliser ses doigts ou sa langue en utilisant son extrême pointe. Quant à la verge, le méat est une cible trop fine pour un usage efficace. Pendant le coït, les positions face à face sont les meilleures. Trop, souvent délaissé par ignorance ou évité par dégoût,  le méat est une grande source de plaisir pour la femme durant les ébats.
 
Les voluptés de la zone ano-rectale
 
C'est un lieu dont l'usage érotique peut paraître plus choquant, bien que largement utilisé et de toute éternité. Actuellement, c'est une pratique en plein essor : 37 % des femmes et 45 % des hommes disent avoir utilisé la sodomie en 2006 selon l'Inserm.
 
Un lieu tabou : puisqu'il s'agit d'une zone où passent, voire stagnent, des matières dont l'odeur et l'aspect n'incitent nullement au désir et encore moins aux "nobles sentiments". Notons que les bébés n’ont pas de dégout inné pour cette zone de leur corps. C’est l’éducation qui nous apprend à être dégoûtés par la zone anale. 
 
Un lieu érogène : c'est un lieu très sensible car la muqueuse ano-rectale est pourvue de nombreuses terminaisons sensitives. L'introduction sans ménagement de doigts ou d'objets provoque des douleurs. Par contre, une introduction très douce après lubrification peut être neutre ou se révéler agréable, ou le devenir petit à petit, jusqu'à procurer des plaisirs orgasmiques. Comme l'endroit n'est pas pourvu de corpuscules de volupté de Kraus, ni de tissus érectiles, comment la volupté s'explique-t-elle? Tout d'abord, tout endroit du corps stimulé dans des circonstances exaltantes peut devenir érogène. Ensuite, la contiguïté avec le vagin rend la zone ano-rectale apte à l'éroticité. En stimulant la paroi rectale antérieure, il y a stimulation indirecte du vagin où se trouvent des tissus érectiles et le point érogène P sur la paroi postérieure. Il y a aussi l'implication des viscères qui donne aux sensations une coloration viscérale. Or, tout ce qui touche aux tripes éveille des sensations et des émotions particulières. En effet, les sensations entraînent des émotions, lesquelles concernent quelque chose de très profond en nous. Il y a enfin des facteurs psychologiques expliquant l'éroticité du lieu : la transgression que constituent ces caresses et le caractère du don total et impudique de son offrande.
 
Ce que disent celles qui aiment : des sensations nouvelles, très agréables et très riches, des orgasmes très différents et très forts, l'excitation de la transgression, une grande preuve d'amour, une façon de s'unir à son homme le plus totalement qui soit.
 
Les réticences : il y a bien sûr la pudeur face à un lieu scatologique qui comporte un risque d'irruption de matières et de gaz. Il y a la peur de la douleur et des implications consécutives: persistance de douleurs résiduelles et apparition d'une incontinence anale. Notons que ces complications ne surviennent généralement que pour des sodomies brutales et renouvelées trop souvent.
 
Les précautions : un petit lavement préalable est possible à l'aide d'une poire remplie d'eau tiède additionnée d'une ampoule d'huile de paraffine. L'homme de son côté pourra recourir à des gants pour ses doigts, un préservatif pour son pénis et un voile de plastique pour la bouche. De toute façon, toutes ces caresses ne devraient se donner qu'au sortir du bain ou de la douche. Lorsqu’un doigt ou un objet est introduit dans l’anus, il ne doit pas retourner dans le vagin sans avoir été préalablement soigneusement lavé et/ou désinfecté.
 
L'art de la stimulation ano-rectale : les stimulations digitales tout d'abord, avec l'index ou le médius; la stimulation buccale ou anulingus pour laquelle la femme se met de préférence sur le dos, en position de lionne ou sur le ventre ; la sodomie ou amour à la florentine pour laquelle les positions les plus commodes seront “la lionne” et “la cavalière”. Les raisons pour lesquelles les hommes aiment la sodomie :
 
  • Le plaisir de l'homme est plus fort que dans le vagin parce que le canal anal est plus étroit au début de la pénétration. Par la suite le sphincter se distant et les sensations ne sont plus tellement différentes de la pénétration vaginale.
  • L'homme peut contempler et caresser le corps de la femme plus facilement dans la position de la lionne
  • L’idée que la femme offre cet endroit intime excite et émeut beaucoup l'homme
     
  • C’est une preuve d'amour pour l'homme
  • Cela donne à l'homme l'impression d'être un mâle plus "puissant", de faire quelque chose de plus "dominant", de plus "pervers".
  • La transgression d'un tabou excite autant l'homme que la femme
 
Les objets : il peut s'agir ici d'objets ordinaires phalliformes (bougies, manches de toutes sortes, etc), soit d'objets spécialisés (godemiché, vibromasseur, etc). Idéalement les objets que l’on utilise pour l’anus doivent avoir un embout très évasé. Un peu comme un entonnoir. Car sinon, ils risquent d’être absorbé par le sphincter qui se referme sur eux et les emprisonne. Il est donc fortement déconseillé d’utiliser de petits godemichés vaginaux (dimension d’un rouge à lèvre) ou tout autre objet qui pourrait être absorbé par le rectum Il est toujours préférable d’utiliser des objets destinés à cet usage ou qui sont suffisamment long, évasés et solides.
 
Le pénis : le pénis doit avoir une érection plus rigide pour la sodomie que pour la pénétration vaginale. Il doit avoir été lui-même enduit de lubrifiant à usage sexuel ou d’un préservatif bien lubrifié. La pénétration doit se faire très doucement au début car, par réflexe, le sphincter anal à tendance à se refermer. Il ne faut jamais "forcer". Toujours commencer en douceur. C’est à la femme de guider son partenaire. Ensuite, lorsque le sphincter est bien dilaté, les mouvements peuvent être – éventuellement – plus amples et plus vigoureux. Après la sodomie, il faut toujours bien laver le pénis avant de l’introduire ensuite dans le vagin (ou changer de préservatif). Sinon, il existe un risque élevé d’infections vaginales.   
 
La sodomie doit être vue comme une possibilité de jeux supplémentaires et de plaisirs ; au service de la variété de la vie sexuelle et donc au service de la prévention de l'usure du désir et du couple. Son usage ne doit pas se banaliser et devenir systématique et encore moins une obligation et une obsession.
 
 
Concrètement : 
 
  • Tout endroit du corps stimulé dans des conditions exaltantes est potentiellement érogène.
  • La sodomie est un jeu entre les partenaires, une offrande supplémentaire au partenaire qui doit en profiter avec douceur et préliminaires adaptés.

Si vous souhaitez plus d'informations sur ce sujet. N'hésitez pas à prendre un rendez-vous ou à poser une question à un de nos sexologues.



Bibliographie:

LELEU G., “Les secrets de la jouissance au féminin”, Ed. Leduc, 2011.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande