3 services professionnels et plus de 200 articles
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Tout sur l'éjaculation féminine

Stéphanie Hannier



L'éjaculation féminine est un phénomène encore peu connu et peu répandu qui fait débat dans le milieu sexologique et gynécologique. Cela peut être défini simplement par l'émission par l'urètre de la femme de jets de liquide au moment de l'orgasme. Seul l'orgasme déclenché par la stimulation de ce que l’on nomme « le point G » provoquerait cette émission (mais rien n'est moins sûr ; les autres orgasmes vaginaux pourraient également la provoquer). Le liquide serait émis par une formation physiologique mal définie et dite “prostate féminine” et sa quantité est variable (de 5 à 200 ml). La fréquence de l'émission va de “jamais” à “à chaque fois”; la plupart des femmes auraient probablement  la capacité (mais non l'obligation) d'avoir cette forme d’ "éjaculation".
 
L'éjaculation féminine est rapportée depuis les débuts de l'Histoire ... c'est un phénomène naturel auquel la plupart des cultures ont fait jouer un rôle important voire surnaturel. En Occident, les philosophes et médecins du Moyen-Age et de la Renaissance n'ont accordé d'importance à l'émission du liquide par la femme que dans la mesure où ils croyaient qu'étant semence, elle était indispensable à la procréation. Au XXème siècle, l'éjaculation féminine a carrément été ignorée. Les conséquences qui résultent de ce contexte peuvent être graves : l'homme croit que la femme urine, des médecins ou chirurgiens ignorants prennent des décisions graves comme une opération pour incontinence ou une psychothérapie hors de propos, des femmes qui ont honte d'elles-mêmes et coupent court à leur plaisir pour éviter que ça n’arrive, des femmes qui n'osent se libérer de peur que l'homme ne le prenne mal.
 
D'où vient l'éjaculation féminine ? L'existence de cette zone physiologique de "prostate féminine" s'expliquerait par l'embryologie : chez l'embryon au cours des premières semaines, l'appareil génital de l'être masculin et celui de l'être féminin sont semblables ; ils ne commencent à se différencier qu'à la sixième semaine. Le bourgeon qui doit donner la prostate resterait une ébauche persistante chez certaines femmes. Cette prostate féminine entoure l'urètre de la femme tel un manchon comme le fait la prostate masculine autour de l'urètre de l'homme (sauf qu'elle est moins volumineuse et plus dispersée). Elle est constituée des mêmes éléments que la prostate de l'homme : tissus érectiles, glandes de Skene, capteurs sensibles assez semblables aux corpuscules de volupté de Kraus.
 
La nature du liquide éjaculé ? Celui-ci est incolore, translucide, aqueux, inodore et de goût légèrement salé. Son analyse chimique révèle la présence d'enzymes prostatiques spécifiques. En bref, il s'agit de la même composition que le liquide prostatique de l'homme moins les spermatozoïdes. Ce n'est ni de l'urine (test au bleu de méthylène), ni le liquide de lubrification vaginale, ni le liquide de lubrification vulvaire, ni de la glaire cervicale.
 
Côté masculin, il y a ceux qui n'aiment pas, qui pensent que c'est de l'urine, ou ceux qui savent mais qui ne sont pas à l'aise avec les fluides féminins. Il y a aussi les hommes qui pensent qu’eux seuls ont le droit d'émettre un liquide et que cette éjaculation constitue un signe de plus de la tentative de prise de pouvoir par les femmes. Il y a ceux qui aiment car pour eux, c'est la preuve qu'ils sont bons amants et qu'ils ont une bonne amante. Pour certains, cette inondation par un liquide chaud est fort agréable. Le comportement de l'homme est déterminant pour la femme et la suite de la relation. Si l'attitude de l'homme est négative, la femme sera blessée dans sa féminité et se sentira non désirée voire rejetée. Si l'attitude est positive, la femme se sentira acceptée voire honorée. Mentionnons que chez une femme en bonne santé, il est normalement impossible à la femme d'uriner au cours de l'orgasme, le muscle pubo-coccygien qui entoure et cravate l'urètre est alors contracté et empêche l'urine de passer.
 
 
 
Concrètement :
 
  • L'éjaculation féminine joue un grand rôle dans la relation amoureuse et érotique.
  • Les femmes qui libèrent leur eau présentent moins de cystites que celles qui la retiennent, comme si se retenir entraînait un engorgement et une inflammation des glandes de Skene de la prostate, qui alors gagnerait la vessie.
  • La majorité des femmes disent que l'éjaculation s'accompagne d'orgasmes les plus intenses, les plus complets et les plus satisfaisants.
  • Des éjaculations peuvent se produire sans orgasme et que des orgasmes puissants peuvent survenir sans émission.

Si vous souhaitez en connaître davantage sur ce sujet. N'hésitez pas à poser une question ou prendre contac directement avec un de nos sexologues.



Bibliographie:

LELEU G., “Les secrets de la jouissance au féminin”, Ed. Leduc, 2011.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande