L'intimité et le couple

L'intimité et le couple

Etymologiquement, le mot intimité provient du latin "intimus" qui désigne ce qui est au plus profond de l’intérieur de l’être, le fond de son cœur, […] son essence ( Gérard Leleu).

Robert Neuburger définit l’intimité comme indiquant une clôture, une frontière à ne pas dépasser. Elle est réservée à soi-même ou à certains, qui font parties des proches. Les autres en sont exclus, à moins d’y être explicitement conviés. On pourrait dire que l’intimité est un espace qui est sous notre responsabilité et que nous allons pouvoir choisir d’ouvrir ou de fermer à autrui selon notre désir.

Lorque l'on parle d’intimité, les facettes suivantes sont à prendre en concidération: sexuelles, corporelles, affectives, mais aussi intellectuelles et spirituelles. L’intimité est un concept qui peut se diviser en deux parties étroitement liées. D’un côté, "l’intimité personnelle" recouvrant les territoires individuels, en d’autres mots, un soi indépendant. Et de l'autre côté, "l’intimité du couple" dans laquelle les personnes doivent mettre en commun certains de leurs espaces individuels, et donc partager leur intimité personnelle en tenant compte des intérêts du partenaire et des intérêts du couple (Pasini).

L’intimité serait la capacité d’établir une relation vraie avec soi et avec les autres ; aller à l’intérieur de soi et confronter cet intérieur avec celui de l’autre ; et être capable de dire et de porter la réaction de l’autre (Montigny).

La sexualité et l'intimité peuvent être deux phénomènes indépendants et/ou complémentaires. En effet, la sexualité n’est pas toujours une preuve d’une "vrai" intimité dans le couple. Et une intimité peut naître sans sexualité. Une sexualité plus active n’équivaut pas nécessairement à une grande intimité entre les partenaires, pas plus que son absence n’est le reflet d’un manque d’intimité, et inversement (Chabot). Pour certaines personnes, la sexualité peut devenir un mécanisme d’évitement de la rencontre, et donc d’une réelle intimité. Pour ces personnes, la génitalité est davantage vécue comme un soulagement de la tension et représente le seul lieu possible de contacts avec l’autre […] Elle est alors utilisée pour éviter l’angoisse de la rencontre. Dans ce contexte, c’est moins la rencontre qui est visée que l’évitement de soi (Chabot).

L’intimité peut se résumer sous un double point de vue :

  • Dans un premier temps une capacité d’intimité avec soi-même ;
  • Dans un second temps, la personne pourra partager son intimité avec un partenaire dans une relation de couple.
  • Pour vivre une intimité "vrai" dans le couple, il faut donc d'abord une intimité avec soi-même  - c’est-à-dire avoir une identité propre, délimitée et assumée - 


Bibliographie:

Chabot, F. Sexualité et intimité comme expression du désir. Compte rendu de colloque, 2001, p177-185. Leleu, G. (2000). L’intimité et le couple. Flammarion, France. Montigny, G. (1998). L’intimité, essai sur l’intimité avec soi et les autres. Éditions Saint-Martin, Canada. Neuburger, R. (2000). Les territoires de l’intime. Éditions Odile Jacob, France. Pasini, W. (1996). Éloge de l’intimité. Petite bibliothèque Payot, France.





Consulter les articles dans la même thématique


Voir les articles similaires