3 services professionnels et plus de 200 articles
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Le sexe sur internet

Stéphanie Hannier



Internet est aujourd'hui le média le plus accessible : 158 millions d’utilisateurs y ont accès dans 120 pays différents. Bien qu’Internet présente des aspects très positifs, il peut également compliquer la vie de l’individu en entraînant des problèmes psychosociaux, notamment des comportements de sexualité compulsive.

 

Les utilisateurs employant Internet à des fins sexuelles pendant 11 heures ou plus par semaine expérimentent des difficultés dans différents domaines de leur vie. Néanmoins, les données indiquent que les activités sexuelles en ligne ne posent pas de problème pour la majorité des gens ; cependant, pour un petit pourcentage d’individus (environ 8 % dans l’étude de Cooper et coll., 1999), leur utilisation de la sexualité sur Internet a des conséquences significatives dans plusieurs sphères de leur vie.

Dans une étude antérieure, les auteurs proposent différentes catégories d’utilisateurs du cybersexe. Ils postulent que tous les utilisateurs de cybersexe ne sont en effet pas identiques. Ils suggèrent dès lors trois catégories générales :

  • Les utilisateurs récréatifs qui s’engagent dans des activités sexuelles en ligne pour diverses raisons – en allant du divertissement, à l’éducation, en passant par l’expérimentation.
  • Les utilisateurs compulsifs qui ont une histoire de difficultés sexuelles présentes ou passées. Ceux-ci utilisent Internet comme un moyen de poursuivre leurs activités sexuelles.
  • Les utilisateurs à risque qui n’ont jamais rencontré de difficulté sexuelle, si ce n’est depuis leur utilisation d’Internet et qui se divisent en deux sous-groupes:
    • Le sous-type réactif au stress qui se caractérise par des individus ayant tendance à s’engager dans des activités sexuelles en ligne lors de périodes de grand stress. Ces individus utilisent leurs activités sexuelles en ligne comme une fuite temporaire, une distraction, ou comme un moyen de gérer leur inconfort lors de situations de stress.
    • Le sous-type dépressif qui comprend des individus présentant une dépression, une dysthymie, et/ou des difficultés chroniques et qui accèdent à leurs émotions via leurs activités sexuelles en ligne.

En 2004, Cooper et coll. mettent en place une nouvelle recherche afin de tester leur modèle précité sur les différents utilisateurs de cybersexe. Pour ce faire, ils font passer des questionnaires à 7037 personnes (dont 5925 hommes et 1112 femmes) sur une période d’un mois. Au sein de cet échantillon, 81 % des sujets sont des utilisateurs récréatifs de cybersexualité, c’est-à-dire qu’ils utilisent Internet de façon divertissante et qu’ils ne rapportent pas de problème associé à cette utilisation. La catégorie des utilisateurs compulsifs est représentée par 13,8 % des participants de l’étude. Ceux-ci rapportent avoir déjà eu des difficultés passées avec la sexualité. Les auteurs soulignent que les membres de ce groupe doivent être spécialement prudents lorsqu’ils s’engagent dans des activités sexuelles en ligne, car le pouvoir d’Internet peut facilement transformer un « petit » problème sexuel en un problème majeur. Finalement, dans la catégorie des utilisateurs à risque, les auteurs rapportent que 32 % des hommes indiquent qu’ils utilisent les activités sexuelles en ligne comme moyen de gérer leur stress (sous-type réactif au stress). Par contre, dans leur étude, les auteurs ne retrouvent pas d’utilisateurs de type dépressif. Cependant, une troisième catégorie qui n’était pas mentionnée dans l’étude de base ressort de la présente recherche : le sous-type lié aux fantasmes. En effet, 10 % des individus de l’échantillon total indiquent qu’ils utilisent Internet afin de réaliser leurs fantasmes et qu’ils s’engagent dès lors dans des activités sexuelles qu’ils n’auraient pas pratiquées dans la vraie vie.

En résumé :

  • Il existe différents types d’utilisateurs de cybersexualité.
  • La majorité des individus font partie du type « récréatif » et ne rencontrent pas de problème en lien avec leurs activités sexuelles en ligne.

Certains individus peuvent rencontrer des difficultés en lien avec leurs activités cybersexuelles (utilisateurs compulsifs et utilisateurs à risque).

Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce sujet, n'hésitez pas à poser une question ou prendre contact avec un de nos sexologues.



Bibliographie:

Cooper, A., Putnam, D.E., Planchon, L.A., & Boies, S.C. (1999). Online sexual compulsivity: Getting tangled in the net. Sexual Adiiction & Compulsivity: Journal of Treatment and Prevention, 62(2), 79-104. Cooper, A., Scherer, C.R., Boies, S.C., & Gordon, B. (1999). Sexuality on the internet: From sexual exploration to pathological expression. Professional Psychology: Research and Practice, 30(2), 154-164. Cooper, A., Delmonico, D. L., Griffin-Shelley, E., & Mathy, R. M. (2004). Online Sexual Activity: An Examination of Potentially Problematic Behaviors. Sexual Addiction & Compulsivity, 11(3), 129-143. Schneider, J.P. (1994). Sex addiction : Controversy within mainstream addiction medecine, diagnosis based on the DSM-III-R and physician case histories. Sexual Addiction & Compulsivity: Journal of Treatment and Prevention, 1(1), 19-44.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande