Plus de 200 articles et 3 services professionnels
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Comprendre et dépasser l’éjaculation prématurée

Coraline Hubermont



Qu’est-ce que l’éjaculation prématurée ?

L’éjaculation prématurée est aussi appelée éjaculation précoce ou éjaculation rapide. Cependant, dans la suite, seul le terme d’éjaculation prématurée sera utilisé.

L’éjaculation correspond à l’expulsion de sperme par saccades faisant suite à l’aboutissement de l’excitation, de stimulations sensorielles, émotionnelles et fantasmatiques. L’éjaculation peut aussi être due à un réflexe, par exemple durant la nuit.

L’éjaculation est non-contrôlable : en effet, une fois le point de non-retour atteint, l’éjaculation aura lieu. Concrètement, l’éjaculation se déroule en deux phases. Une phase d’émission où le sperme est préparé et une phase d’expulsion durant laquelle les muscles situés à la base du pénis se contractent et font ainsi sortir le sperme par saccades. C’est entre ces deux phases que se situe le point de non-retour. L’orgasme peut être ressenti un peu avant ou un peu après cette expulsion.

L’éjaculation prématurée est difficilement définissable, car elle induit des critères qui ont certaines limites. C’est donc tout à fait délicat de définir cette problématique fréquente. Voici différentes définitions avec leurs limites …

L’éjaculation prématurée est évoquée lorsque l’éjaculation survient dans 50% des cas avant la satisfaction féminine, c’est-à-dire avant que la partenaire n’ait eu un orgasme.

L’éjaculation prématurée est évoquée lorsque l’éjaculation survient systématiquement avant que l’homme ne le souhaite.

Mais qu’en est-il des hommes qui sont satisfaits après 30 secondes de pénétration ? Qu’en est-il aussi des hommes qui ne sont toujours pas satisfaits après 30 minutes de pénétration ? Quelle est la durée que l’on peut estimer comme raisonnable et satisfaisante pour un rapport sexuel ?

L’éjaculation prématurée peut être évoquée en fonction du nombre du va-et-vient intravaginaux, en dessous de moins de 8 à 15 mouvements de va-et-vient plus précisément.

Mais qu’en est-il de la rapidité et de la profondeur des mouvements ?

L’éjaculation prématurée est évoquée lorsque l’éjaculation survient avant la pénétration, « ante portas ».

L’éjaculation prématurée est définie, selon l’International, Society for Sexual Medicine (ISSM), comme une éjaculation qui survient toujours ou presque toujours avant la pénétration, ou au cours de la minute qui la suit. De plus, l’homme doit avoir des difficultés à retarder cette éjaculation à toutes ou presque toutes les pénétrations et l’homme doit ressentir de la frustration, de la souffrance ou doit adopter des stratégies d’évitement de l’intimité sexuelle.

L’éjaculation prématurée est définie par le DSM-IV-TR comme l’éjaculation survenant lors de stimulations sexuelles minimes avant, pendant ou juste après la pénétration et avant que l’homme ne souhaite éjaculer. Cette éjaculation doit survenir prématurément de façon répétée. Cette difficulté doit être liée à une souffrance marquée et/ou des difficultés interpersonnelles et elle n’est pas due exclusivement aux effets de substances telles que des drogues par exemple.

Mais, les difficultés d’éjaculation prématurées doivent être remises en contexte et mises en lien avec l’âge de l’individu, son expérience sexuelle, sa partenaire et la fréquence des rapports sexuels. Cette définition ne peut donc pas être utilisée telle qu’elle dans tous les cas ! De la même manière, à quoi correspondent des stimulations sexuelles minimes ?

Mais à partir de quand peut-on effectivement parler d’éjaculation prématurée d’une part, d’éjaculation « normale » d’autre part ?

Retenons ici une définition sensée de l’éjaculation prématurée : c’est une éjaculation qui survient dans la majorité des rapports sexuels en moins de 1 à 2 minutes après la pénétration et qui entraîne une gêne ou une souffrance pour au moins un des deux partenaires. Cette éjaculation survient à la suite d’une difficulté à ressentir les sensations la précédant et à exercer un contrôle volontaire sur celle-ci avant de dépasser le point de non-retour.

Attention cependant à ne pas confondre l’éjaculation prématurée avec l’émission du liquide des glandes de Cowper qui survient lors de l’érection et avant l’éjaculation. Ce liquide sort lui aussi par l’urètre, tout comme l’urine et le sperme et a deux fonctions : la première est de lubrifier le gland, la seconde est de neutraliser l’acidité de l’urine et ainsi permettre la survie des spermatozoïdes lors de leur passage dans l’urètre. Il ne s’agit pas d’une éjaculation ! 

 

A quoi l’éjaculation prématurée est-elle due ?

Qu’il s’agisse d’éjaculation prématurée ou d’éjaculation retardée, c’est au niveau de l’excitation et de la séquence d’excitation précédant l’éjaculation que se situe le souci. C’est donc l’excitation sexuelle qui doit être au centre des changements à entreprendre pour améliorer le temps de pénétration de l’homme.

Se sont à la fois des causes biologiques, physiques et psychologiques qui peuvent être mises en avant pour l’éjaculation prématurée.

Du point de vue biologique, la reproduction est une affaire à conclure rapidement dans le règne animal. En effet, il serait dangereux d’être trop longtemps à la merci de ses prédateurs. Les animaux ont donc plutôt intérêt à faire vite s’ils veulent survivre. Ce serait ainsi inscrit dans leurs gènes. L’homme serait un des rares qui pourrait se dégager de cet impératif de rapidité commun chez les primates.

Du point de vue physique, l’éjaculation prématurée peut être due à un frein trop court qui entraîne de la douleur chez l’homme lors de l’érection et de l’éjaculation ; à un phimosis, c’est-à-dire à un anneau trop étroit formé par le prépuce empêchant le gland de se découvrir lors de l’érection ; à des adhérences ou inflammations au niveau du prépuce, le gland n’est pas bien découvert ainsi ; à une prostatite, c’est-à-dire une inflammation de la prostate ; à une maladie neurologique, par exemple la sclérose en plaques, une lésion de la moelle épinière, … ; à tout ce qui entraîne de la douleur ou une gêne lors du rapport sexuel. Les causes physiques restent cependant très rares.

Les causes psychologiques peuvent elles aussi expliquer les éjaculations prématurées. L’homme peut par exemple être en manque de motivation à changer les comportements induisant son éjaculation prématurée. De la même manière, l’homme peut vivre dans un rythme rapide et fonctionner en permanence ainsi et ne pas s’accorder du temps, il peut aussi avoir peur de s’engager, être méfiant vis-à-vis des femmes, avoir peur du plaisir féminin ou encore n’apprécier qu’un niveau d’excitation très haut.

Il est à noter que l’éjaculation prématurée n’est qu’une vision culturelle d’une réalité. En effet, dans les pays où l’excision est de rigueur pour ne donner qu’un exemple et où le plaisir sexuel mutuel et/ou celui de la femme n’est pas mis en avant, l’éjaculation prématurée n’existe pas !

  

Quelles sont les conséquences de l’éjaculation prématurée ?

Avant de parler de conséquences en tant que telles, il est utile de rappeler que l’éjaculation prématurée est évoquée, entre autre, lorsqu’elle induit une gêne ou une souffrance d’au moins un des deux partenaires. Les conséquences mises en avant ici sont donc fonction de la situation de gêne et de souffrance de l’un ou des deux partenaires. Enfin, l’éjaculation pouvant être considérée comme prématurée par tout un chacun ou par les sexologues d’après les définitions peut s’avérer tout à fait satisfaisante pour les membres du couple. Il s’agit d’un vécu individuel d’une part, de couple d’autre part !

L’éjaculation prématurée induit au niveau de l’homme qui en souffre, une dévalorisation personnelle, un manque de confiance en soi et une angoisse de performance. Au niveau du couple, l’éjaculation prématurée induit de la déception des deux côtés lorsque les rapports sexuels sont agréables ; la satisfaction sexuelle des deux partenaires est moins grande ; un climat de mésentente, d’agressivité, de frustration peut s’installer. La rupture ou le divorce peuvent être enclenchés par l’éjaculation prématurée mais pas à elle seule, c’est elle qui a précipité la décision, qui a donné un argument de plus pour la séparation. Au niveau de la partenaire, une déception peut naître dans les cas où elle aime les pénétrations prolongées. Par contre, l’éjaculation prématurée est une bénédiction pour les femmes ayant des douleurs vaginales. La partenaire peut développer, en parallèle des troubles d’éjaculation de son compagnon, une anorgasmie, un trouble du désir, un problème de lubrification et l’absence de plaisir.

 

Ce qui fonctionne, malgré l’existence de l’éjaculation prématurée ...

L’homme a une éjaculation prématurée mais cela ne signifie pas que rien ne fonctionne chez lui. En effet, toute une série d’éléments positifs peuvent être mis en avant. Tout d’abord, l’homme ne présente aucun souci au niveau du désir, de l’érection, du plaisir ressenti et il est fertile. Il peut tout à fait concevoir avec une éjaculation prématurée. Ensuite, c’est un fort désir qui est ressenti, il a une érection de bonne qualité, et peut avoir des rapports sexuels successifs. De plus, du fait que l’homme qui a des éjaculations prématurées compense par des préliminaires, il est généralement considéré comme bon amant par les femmes.

 

Quels sont les traitements de l’éjaculation prématurée ?

Retenons d’ores et déjà que guérir d’une éjaculation prématurée demande du temps, ce temps est parfois plus long lorsque l’éjaculation prématurée est installée depuis longtemps.

Des traitements médicamenteux, des exercices à faire soi-même ou en couple ou encore une thérapie (sexofonctionnelle par exemple) peuvent être proposés face à l’éjaculation prématurée. C’est la gestion de l’excitation sexuelle qui est au cœur de l’éjaculation prématurée et donc du travail thérapeutique à entreprendre. C’est suite à l’analyse de la situation qu’un traitement adapté sera proposé, il ne s’agit donc pas nécessairement du même traitement pour tous les hommes souffrant d’éjaculation prématurée. L’apport de la consultation peut aussi se situer au niveau du changement de la conception quant au plaisir. En effet, l’éjaculation doit être un moyen pour parvenir au plaisir et non un but en soi. Aller consulter peut s’avérer utile afin de ne pas mettre en place des comportements sexuels qui poseront problème ultérieurement. Cependant, chacun reste maître de la décision d’aller consulter un professionnel ou pas.  

 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce sujet, n'hésitez pas à poser une question ou contacter un de nos sexologues.

 

 



Bibliographie:

Références bibliographiques De Carufel, F. (2000). L’éjaculation prématurée. Compréhension et traitement par la thérapie sexofonctionnelle. Belgique : Presses universitaires de Louvain, 352p. Germain, B. (2009). Les difficultés sexuelles et leurs traitements. Les difficultés sexuelles chez l’homme. Les troubles de l’éjaculation. In La sexualité humaine, 433-435. Solano, C. & De Sutter, P. (2011). La mécanique sexuelle des hommes. Petit traité du savoir éjaculer. Paris : Editions Laffont, 263p.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande