Comprendre et maitriser son érection

Coraline Hubermont

Comprendre et maitriser son érection

Qu'est-ce qu'une érection dite « fonctionnelle » ?

L'érection correspond au gonflement des tissus de la verge aboutissant à un durcissement de celle-ci et permettant la pénétration. Elle peut survenir à la suite d'une stimulation sexuelle, d'une pensée érotique, d'une sollicitation mécanique, durant le sommeil lors des phases paradoxales (érections réflexes non liées à un contenu érotique), ou lors du réveil. Il peut aussi y avoir des érections réflexes, un exemple est lors de l'examen de la prostate. Les érections peuvent donc être ou non liées à un contexte sexuel.

 

Qu'est-ce qu'un trouble de l'érection ?

Les troubles de l'érection correspondent à la difficulté persistante d'obtenir et de maintenir une érection permettant la pénétration. Ils peuvent se manifester par une diminution de la rigidité et de la taille du pénis ou par l'absence totale d'érection (dysérectie que l'on nommait autrefois "impuissance"). D'autres vocables sont aussi utilisés pour désigner les troubles de l'érection : dysfonction érectile, dysérection, insuffisance érectile, déficience érectile, anérection.

L'homme peut rencontrer des troubles au niveau de ses érections de plusieurs manières : soit il n'a pas d'érections suffisantes, soit il a des érections de mauvaise qualité, soit il est incapable de garder une érection. Ce sont autant de situations qui occasionnent des désagréments, tant pour l'homme qui les vit que pour sa sexualité. La sexualité du couple est aussi affectée par ces troubles de l'érection.

Attention, les troubles de l'érection correspondent à une difficulté persistante, et non à une panne occasionnelle. En effet, tout individu peut à un moment donné avoir des difficultés d'érection mais ce n'est pas pour autant qu'il a des troubles de l'érection.

Les troubles de l'érection sont à distinguer des modifications des érections dues à l'âge. En effet toute une série de modifications de l'érection apparaissent avec l'âge de l'individu et ne relèvent pas pour autant des troubles de l'érection. Ces modifications se situent à plusieurs niveaux : au niveau de la qualité moindre des érections, du temps plus long nécessaire pour avoir une érection, qu'au niveau de la rigidité des érections, de leur maintien, du temps moins long nécessaire pour que la verge retourne à l'état de flaccidité et de l'augmentation de la période réfractaire. De la même manière, le seuil de sensibilité du pénis est beaucoup plus haut qu'auparavant. Enfin, la fréquence et la durée des érections réflexes nocturnes et des érections matinales diminuent.

Lors de toute érection, de légères fluctuations de rigidité sont observables. Elles sont tout à fait normales, en effet, le sang présent dans les vaisseaux de la verge doit être renouvelé, pour se faire une baisse de la rigidité du pénis est nécessaire. Ces fluctuations ne constituent pas un trouble de l'érection.

 

Quelles sont les phases de l'érection ?

L'érection, présente dès la vie intra-utérine et jusqu'à la fin de vie de l'homme, se déroule en plusieurs phases successives.

La première phase est la phase de flaccidité. Elle correspond au repos de la verge.

La seconde est celle de la tumescence de la verge, c'est-à-dire au gonflement progressif de la verge avec une augmentation plus ou moins importante du volume et de la taille de celle-ci. Cette tumescence peut avoir lieu suite à des pensées érotiques, suite à une stimulation sexuelle, ou même lors du sommeil, durant les phases paradoxales de ce dernier. L'homme se sent attiré et ressent du désir pour la partenaire qui se traduit par une érection signalant son excitation sexuelle.

La troisième est la phase de rigidité ; c'est lorsque la verge a atteint son niveau de gonflement maximum et qu'elle devient rigide comme son nom l'indique.

La quatrième est la phase de détumescence ; c'est lorsque le pénis reprend sa forme initiale, retrouve son état de flaccidité. Un laps de temps plus ou moins long est nécessaire (phase réfractaire) pour que l'homme soit à nouveau capable d'avoir une érection. Il est d'autant plus long que l'individu est âgé.

 

A quoi sont dus les troubles de l'érection ?

L'érection est contrôlée par les centres neurologiques et est modérée par le contexte psychique d'une part et hormonal d'autre part de l'individu. Ce sont donc à ces trois niveaux que des soucis peuvent se présenter et ainsi rendre impossible l'obtention ou le maintien de l'érection.

Concrètement, les troubles de l'érection peuvent donc être d'origine psychologique (1/3 des cas), d'origine organique (1/3 des cas) ou mixte (1/3 des cas) c'est-à-dire à la fois psychologique et organique. Voici une liste non-exhaustive d'origine organique, d'origine psychologique des troubles de l'érection.

 

ORGANIQUE

  • Troubles hormonaux
  • Troubles neurologiques (par exemple : maladie de Parkinson, paraplégie, tétraplégie, sclérose en plaques)
  • Troubles respiratoires
  • Tabagisme (fumer altère les vaisseaux sanguins par vasoconstriction)
  • Consommation d'alcool, de drogue
  • Obésité, surpoids
  • Diabète
  • Prise de médicaments
  • Mauvaise hygiène de vie
  • Fatigue psychique ou physique extrême
  • Problèmes au niveau de la prostate
  • Problèmes cardio-vasculaires
  • Hypercholestérolémie
  • Apnée du sommeil

 

PSYCHOLOGIQUE

  • Tensions, conflits dans la relation
  • Monotonie ou usure du couple
  • Anxiété
  • Stress (lié au couple, au travail, à l'argent, aux responsabilités, à la santé, … )
  • Dépression
  • Pensées parasites
  • Trauma
  • Angoisse de performance : c'est lorsque l'homme se dit « qu'il doit être à la hauteur, qu'il doit assurer »
  • Trouble du désir
  • Culpabilité (au sujet de son passé sexuel, de ses fantasmes, de relations extra-conjugales, de la masturbation, de certaines pratiques, des valeurs véhiculées par les parents, … )
  • Peur de s'engager, de devenir père, de sa propre agressivité sexuelle (la pénétration pouvant en effet être perçue comme agressive par l'homme)
  • Ne se sent pas aimé par sa partenaire
  • Trouble du désir, de l'excitation

 

A quoi sont dues les pannes occasionnelles ?

Lors du tout premier rapport sexuel et du premier rapport sexuel avec une nouvelle partenaire, maintenir une érection en vue de la pénétration peut s'avérer difficile. Cette panne peut d'ailleurs arriver à des individus ayant déjà eu une vie sexuelle très active et n'ayant jamais rencontré de soucis à ce niveau auparavant.

De même, lors du premier rapport sexuel, si l'homme a réussi à garder son érection jusqu'à la pénétration, il peut la perdre face à la douleur de sa partenaire lorsqu'il lui déchire l'hymen. En effet, par le rapport sexuel, l'homme veut procurer du plaisir à la femme et non être responsable de la douleur induite (éventuellement) par le déchirement de l'hymen.

Avoir consommé de l'alcool, des médicaments, de la drogue sont aussi des éléments pouvant entraver le bon déroulement de l'érection et de son maintien en vue de la pénétration.

L'angoisse de performance peut affecter, elle aussi, les érections de l'individu surtout lors de relations d'un soir, où il s'agit d'assurer !

La mise en place du préservatif peut également représenter un moment de perte d'érection lorsqu'il est placé hors contexte des préliminaires. Notons à ce titre que le port du préservatif est nécessaire pour se préserver des IST et peut faire partie intégrante des préliminaires, ce qui évitera que l'homme perde son érection. Les femmes autant que les hommes sont responsables de la contraception et doivent s'entraîner à placer le préservatif correctement. La perte de temps liée à la mauvaise utilisation de celui-ci augmentera elle aussi l'éventualité que l'homme perde son érection.

Après un arrêt plus ou moins long de la sexualité, des soucis d'érection peuvent apparaître lors de la reprise de celle-ci.

 

Quelles sont les conséquences des troubles de l'érection ?

Au niveau individuel, l'homme se sent attaqué dans son image propre, dans sa perception qu'il a de sa virilité. Il peut en arriver à être gravement déprimé et cela aboutit parfois au suicide.

Au niveau de la relation de couple, l'homme peut avoir tendance, face à la répétition des difficultés d'érection, à éviter tout rapport sexuel. Il évite ainsi de se mettre à nouveau en situation d' « échec ».

Au niveau de la partenaire, elle peut ne plus se sentir aimée, l'érection pouvant être interprétée comme un signe du désir et de l'amour de l'homme pour elle. Or, ce n'est pas systématiquement et nécessairement une question de désir ou d'amour !

Au niveau de la procréation, les problèmes graves d'érections peuvent contribuer à l'infertilité du couple.

 

Quels peuvent être les examens médicaux à faire ?

En vue d'analyser s'il y a des érections nocturnes, durant les phases de sommeil paradoxal, le test du pansement adhésif peut être fait. Une sorte de pansement adhésif est posé sur la verge avant d'aller dormir, au matin si ce pansement est déchiré, c'est qu'il y a eu érection.

En vue d'analyser la qualité de l'érection, la pléthysmographie peut être réalisée à l'aide de capteurs placés autour de la verge.

En vue d'analyser le flux sanguin dans la verge, l'échographie-Doppler peut être faite. Cet examen permet d'observer s'il y a ou non des lésions au niveau des vaisseaux sanguins de la verge.

L'exploration neuroélectrique peut être faite en vue d'écarter d'éventuelles causes neurologiques aux troubles de l'érection.

L'administration de Sildénafil peut être faite à titre thérapeutique et diagnostique. Elle permet de vérifier s'il y a érection dans les cas où le désir semble fonctionner normalement.

Les injections intracaverneuses permettent de provoquer directement l'érection et d'éliminer d'éventuelles causes vasculaires aux troubles de l'érection.

 

Quels sont les traitements possibles pour les troubles de l'érection ?

Dans un premier temps, il s'agira d'aller faire une visite médicale, soit chez un généraliste, soit chez un urologue, en vue de déterminer dans quelle mesure les troubles de l'érection sont d'origine psychologique, organique ou mixte.

Il existe différents traitement selon l'origione du problème, la gravité du cas et le souhait du patient.

Traitement sexologique. Le traitement consiste à modifier les comportements, cognitions (pensées) et émotions qui perturbent l'érection de l'homme et à les remplacer par des attitudes et pensées qui aident à développer et maintenir l'érection. Le traitement sexologique peut être effectué (ou pas) en parallèle avec un traitement médical.

Traitement par pompe à vide. L'homme peut utiliser un appareil qui fait affluer du sang dans le pénis. Et ensuite poursuivre le rapport sexuel.

Traitement médical per os/ Prescription de médicament à prendre par voir orale avant le rapport sexuel ou de façon quotidienne. (par exemple du Viagra®, du Cialis® ou du Levitra®). Dans ce cas l'homme a besoin d'être excité pour obtenir une érection. L'érection ne vient pas toute seule juste avec le médicament.

Traitement médical par injections intra-caverneuses (par exemple Caverject ®, Edex®, etc.). Il s'agit d'effectuer une piqure dans le pénis avec une très petite aiguille. L'érection vient alors automatiquement même si l'homme n'est pas stimulé.

Traitement chirurgical par implant pénien. Une prothèse en silicone est introduite dans le pénis à la place des corps caverneux. Elle permet d'imiter le gonflement de la verge par l'érection. Il n'est pas nécessaire d'être excité pour obtenir une érection. Cette solution est définitive.

 

Concrètement, que faire face à un trouble de l'érection ?

En tant qu'homme ayant des troubles de l'érection …

  • Aller consulter
  • Ne pas paniquer, ce n'est pas parce que l'on rencontre des difficultés à un moment donné qu'elles vont persister. Ce n'est donc pas la fin de votre vie sexuelle !
  • Apprendre à pénétrer la partenaire avec une érection qui n'est pas complètement rigide
  • L'érection n'est pas nécessaire pour procurer du plaisir à la partenaire
  • Arrêter de fumer et de consommer de la drogue ou trop d'alcool
  • Adopter une meilleure hygiène de vie
  • Pratiquer une activité physique régulièrement
  • Contracter chaque jour les muscles du périnée
  • En tant que femme ayant un compagnon présentant des troubles de l'érection …
  • Être patiente
  • Veiller à rester « sexy » avec son partenaire
  • Se défaire de l'idée selon laquelle « il n'a pas eu d'érection donc il ne m'aime pas, il ne me désire pas »
  • Si la perte de l'érection survient durant le rapport sexuel, ne pas le notifier au partenaire et tenter de relancer immédiatement l'excitation masculine, par une fellation, des caresses sur le sexe et même ailleurs sur le corps. Vous pouvez aussi demander à votre partenaire de « s'occuper de vous ». Si cela ne fonctionne pas, ne pas insister outre mesure.
  • Dans la manière d'aborder la situation, dédramatiser la situation, ça peut en effet arriver !
  • Face à la répétition des difficultés à obtenir et maintenir des érections, proposer d'accompagner son partenaire à la consultation s'il le souhaite
  • Lors des préliminaires, n'oubliez pas de stimuler les mamelons de votre partenaire, de lui mordiller le cou, de lui murmurer des mots coquins. Cela stimule beaucoup la plupart des hommes


Bibliographie:

Petit Larousse de la sexualité (2007). Erection, 303-307. Germain, B. (2009). Les difficultés sexuelles et leurs traitements. In La sexualité humaine, Chapitre 17, 412-442. Solano, C., & De Sutter, P. (2012). La mécanique sexuelle des hommes.L’érection. Paris : Editions Rober Laffont, 263p.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande