Quelles sont les infections sexuellement transmissibles?

Sophie Allard

Quelles sont les infections sexuellement transmissibles?

Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont  des maladies infectieuses qui se transmettent lors des rapports sexuels.

Certaines MST se transmettent également par d’autres voies non sexuelles (sang, contacts cutanés, transmission mère-enfant).

Les symptômes que présentent les personnes atteintes sont très variables d’une maladie à l’autre. Ils peuvent être localisés à la zone génitale(ulcères, douleurs en urinant, écoulements) ou bien être généralisés(température, douleurs abdominales, malaise, éruption cutanée). Parfois, ces infections ne donnent pas de symptômes et sont découvertes par hasard (hépatites, HIV,...). Ces maladies sont causées par des virus, des bactéries ou des parasites.

On distingue les IST suivantes:

Virales: Verrues génitales (condylomes), Herpès génital, Molluscum contagiosum(adulte), Hépatite B, Hépatite C, HIV

Bactériennes: Chlamydia trachomatis (dont le Lymphogranulome Vénérien), Gonorrhée, Chancre mou (Haemophilus ducreyi), Syphillis

Parasitaires: Trichomonase, Pédiculose corporis (morpions)

Les IST les plus fréquentes en Belgique (ainsi qu’en Europe) sont l’infection à chlamydia, la gonorrhée, les verrues génitales ou condylomes, et l'herpès génital.

Le risque de développer une IST dépend de l’âge, du sexe, de l’orientation sexuelle ainsi que du comportement sexuel (partenaires multiples, rapports non protégés, prostitution, etc.).

L’utilisation correcte du préservatif permet de limiter le risque de transmission de la plupart des MST. Pour certaines d’entre elles malheureusement, le préservatif ne permet pas de protection suffisante(condylomes, herpès, syphilis).

Certaines personnes n’ont parfois pas conscience d’être susceptibles de transmettre ces infections.

Il est important en cas d’apparition de lésions au niveau de la zone génitale de consulter un médecin pour faire un diagnostique correcte.

Certaines IST peuvent être dépistée par une prise de sang ( Hepatite B,C, HIV, syphillis, chlamydia).

Il est important d’utiliser des préservatifs avec tout partenaire dont on neconnaîtt pas les résultats.

Infection de l'utérus du col par le papillomavirus ( HPV )

La transmission de certains type de Human Papilloma Virus (HPV 16,18, 33, 35,...) responsables d’anomalies au niveau du col utérin se fait par contact sexuel. Ces virus infectent les cellules, engendrent des mutations et parfois des cancers du col. La plupart du temps, le partenaire masculin n’a aucun signe qu’il est porteur au niveau génital (peau du prépuce) de ce virus.

Le frottis de col, réalisé chez le gynécologue, dépiste les anomalies engendrées par ces virus. Il est remboursé une fois tous les 2 ans.

Il existe depuis quelques années des vaccins qui protègent contre les sérotypes de virus les plus agressifs(Cervarix, Gardasil). Le Gardasil protège également contre les sérotypes responsables de verrues génitales ou condylomes.

Infection par Chlamydia trachomatis

Le Chlamydia trachomatis est une bactérie sexuellement transmissible.

L’infection peut rester asymptomatique ou être responsable d’infection du col de l’utérus(cervicite), des trompes de Fallope(salpingite), de l’endomètre et parfois de pelvi-peritonite. Chez l’homme elle entraine des urétrites et des prostatites.

Certains sous-types de chlamydia sont responsables d’une infection grave des ganglions dans la zone génitale( Lymphogranulome vénérien).Elle est plus fréquente chez les hommes homosexuels.

Les problèmes associés au chlamydia sont sa forte contagiosité, son caractère le plus souvent asymptomatique qui participe à sa propagation, et les dégâts au niveau du système reproductif qu’il entraîne à bas bruit. En effet, l’infection non traitée par chlamydia peut être responsable d’infertilité par atteinte des trompes de Fallope, notamment.

Le dépistage de l’infection peut se faire sur un échantillon d’urine et doit faire partie d’un dépistage des MST.

L’infection se traite facilement par antibiotiques. Il n’en est pas de même pour les séquelles au niveau des trompes d’où l’importance d’un diagnostic précoce.

En pratique :

- Une utilisation correcte du préservatif limite le risque de transmission de la plupart des IST.

- Au moindre signe (démangeaison, douleur, rougeur, gonflement,...), pensez à consulter un spécialiste.

- Pensez à mettre en place un suivi gynécologique régulier.



Bibliographie:

Rapport annuel IST 2010 de l’Institut de Santé Publique (https://www.wiv-isp.be/news/Pages/FR-RapportannuelIST.aspx)

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande