Plus de 200 articles et 3 services professionnels
pour répondre à vos questions sur la sexualité.


Qu’est-ce que la normalité sexuelle ?

Coraline Hubermont



 
Qu’est-ce que la normalité ?
 
Est considéré comme « normal », ce qui est conforme à la moyenne et qui respecte les droits de l’homme, ce qui est exempt de pathologie. Définir la normalité permet de dicter les conduites et comportements individuels dans la vie quotidienne.
 
La question de la normalité sous-tend inévitablement celle de la pathologie. En effet, établir des critères quant à ce qui est normal c’est aussi définir ce qui n’est pas normal, ce qui est donc pathologique. Ce qui est considéré comme pathologique est d’ailleurs supposé être soigné, le corps médical entre ici en scène avec des outils de diagnostic et des traitements afin que l’individu soit dans la norme.
 
La normalité fonctionne comme un repère pour les individus, ils savent grâce à celle-ci s’ils sont « dans le bon » ou pas. Par contre, elle bloque aussi la réalisation complète de l’individu en plaçant des étiquettes « normalité »/ « pathologie » sur ses pratiques, ses comportements, ses attitudes, les sentiments et émotions qu’il ressent. Enfin, elle peut également déboucher sur de la culpabilité étant donné que l’individu n’est pas dans la « norme ».
 
La norme n’est pas quelque chose de figé, de fixe, elle se modifie au cours du temps. Elle n’est pas universelle du fait qu’elle varie d’une culture à l’autre, d’une religion à l’autre, d’une communauté à l’autre. Elle peut faire référence à des connaissances acquises du point de vue scientifique et se justifier en fonction de leur efficacité ou suivre un effet de mode et relever de croyances non vérifiées scientifiquement.
 
 
Qu’est-ce que la normalité sexuelle ?
 
La normalité sexuelle, tout comme la normalité, varie en fonction du contexte dans lequel l’individu se situe (culturel, religieux, sociétal, communautaire), est fonction du temps (au sein d’une même société, ce qui est normal à un moment ne l’est plus nécessairement à un autre), et varie d’un individu à l’autre. Elle fait référence à ce que la majorité des individus d’un endroit et d’une époque donnée font en matière de pratiques sexuelles.
 
Mais peut-on dire que la normalité sexuelle existe, sachant d’une part qu’elle est fonction du contexte, du temps, de l’individu, sachant d’autre part qu’il y a une diversité de fonctionnement pour une même capacité à mettre en œuvre ? Une chose est cependant sûre, la sexualité est universelle, même si elle ne revêt pas les mêmes formes partout, alors que la normalité sexuelle varie.
 
Certains aspects de la normalité sexuelle peuvent être étudiés de manière plus ou moins directe au travers d’études scientifiques. Cependant, les activités sexuelles sont généralement cachées du public et donc souvent méconnues. Ils peuvent aussi être véhiculés et mis en avant lors de campagne de sensibilisation, de prévention ou d’information (par exemple le port du préservatif afin d’éviter la contraction de maladies sexuellement transmissibles).
 
Ce sont différents aspects de la sexualité qui peuvent contribuer à parler de normalité sexuelle (cette liste n’est pas exhaustive) : la fréquence des rapports sexuels, le but du rapport sexuel, les pratiques sexuelles effectuées, le mode d’excitation sexuelle, les fantasmes, le désir, l’utilisation de préservatif, de contraceptif et/ou « sex toys », le partenaire (sexe du partenaire, nombre de partenaires, âge du partenaire), la durée du rapport sexuel, la qualité et durée de l’érection, l’orgasme présent ou pas.
 
Si vous souhaitez en connaître davantage sur ce sujet. N'hésitez pas à contacter ou poser une question à un de nos sexologues via le site www.masantesexuelle.com


Bibliographie:

Bozon, M. (1999). Les significations sociales des actes sexuels. Actes de la recherche en sciences sociales sur la sexualité, 128, 3-23. Courtois, R. (1998). Conceptions et définitions de la sexualité : les différentes approches. Revue psychiatrique, annales médico-psychologiques, 156(9), 613-620. Crozier, I. & Bonis, O. (2003). La sexologie et la définition du « normal » entre 1860 et 1900. Cahiers du genre, 1(34), 17-37. Giami, A. (1999). Cent ans d’hétérosexualité. Actes de la recherche en sciences sociales sur la sexualité, 128, 38-45. Giami, A. (2007). Santé sexuelle : la médicalisation de la sexualité et du bien-être. Le journal des psychologues, 250, 56-60. Heller, M. (1996). La normalité sexuelle pour un psychologue psychothérapeute. Les lieux du corps, 4, 44-61.

Voir plus



Articles connexes


On vous aide, nos 3 services !


Questions par e-mail

8 € / question

Nos thérapeutes diplômés et professionnels répondent à toutes vos questions écrites dans un délai de 48H.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Facile et personalisé
  • Réponse rapide

Consultation par Skype

A partir de 20 €

Prenez rendez-vous quand vous le souhaitez avec l'un de nos experts diplômés et entamez dès maintenant une consultation personnalisée.

  • Confidentiel et sécurisé
  • Choisissez votre thérapeute
  • Vidéo ou chat (Skype)
  • Discret et personnalisé

Coaching vidéo

A partir de 16 €

Apprenez maintenant à surmonter vos difficultés grâce à nos vidéos de coaching élaborées par des professionnels.

  • Confidentiel et sécurisé
  • 7 à 10 vidéos
  • Exercices pratiques
  • A votre rythme


Vous souhaitez rejoindre notre équipe professionnelle de thérapeutes ?   Faites votre demande